GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    En France, la stratégie de Nicolas Sarkozy vis-à-vis du FN déconcerte

    media Nicolas Sarkozy, lors d'un meeting à Avignon, le 26 novembre 2015. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

    A droite toute. Nicolas Sarkozy a lancé la campagne de l'entre-deux tours des régionales en direction des électeurs Front national. Depuis les résultats plutôt décevants de son camp dimanche dernier, le chef du parti Les Républicains multiplie les signes envers les Français qui ont voté pour l'extrême-droite. Mardi soir en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, l'ancien président a estimé lors d'un meeting que voter FN n'était pas « immoral ». Cette chasse aux électeurs frontistes a fait réagir à l'Assemblée nationale.

    « Nicolas Sarkozy est reparti en vrille. Il dit n’importe quoi ! » Les députés de gauche sont en colère. Comme l'écologiste François de Rugy, ils appellent à voter pour des candidats de droite dans le Nord, le Grand-Est et le Sud-Est pour faire barrage au Front national dimanche prochain. Et voilà que le chef du parti Les Républicains leur complique encore plus la tâche.

    « Il a essayé de faire gagner le Front national, accuse François de Rugy au micro de RFI. Il a essayé de faire perdre ses amis. Il a tellement peu d’estime pour Xavier Bertrand [en Nord-Pas-de-Calais-Picardie], Christian Estrosi [Paca] et Philippe Richert [Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes]. » Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, a de son côté estimé que Nicolas Sarkozy « ouvre une crise dans la droite républicaine » en parlant « comme l'extrême droite ».

    A droite justement, où on a remis la grande explication à l'après-régionales, les députés soutiennent l'opération de charme de Nicolas Sarkozy. Pour Philippe Gosselin (Manche), il a raison de tendre la main aux électeurs FN : « Toutes les stratégies qui, depuis des années et des années, cherchent à stigmatiser les électeurs du Front national en les traitant d’idiots, de gens immatures, ça ne marche pas. »

    Sarkozy peu demandé

    Mais de là à dire, comme l'a fait Nicolas Sarkozy, que voter PS, c'est voter FN : « Ça, c’est une autre histoire. On va laisser le président [du parti], sur ce plan-là, s’exprimer. Mais on verra tout ça la semaine prochaine. Aujourd’hui ce n’est pas l’essentiel. L’essentiel c’est de se concentrer sur les projets, les listes, les candidats en évitant de se jeter des petits noms d’oiseaux à la figure. »

    Reste que ça ne se bouscule pas chez les têtes de liste LR pour accueillir le président du parti. Hormis Virginie Calmels (Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente) et José Rossi (Corse), aucune ne souhaite s'afficher avec l'ancien chef de l'Etat cette semaine, relève d'ailleurs Le Parisien. Xavier Bertrand, seul en lice face à Marine Le Pen dans le Nord, a même vivement attaqué, ce mercredi, les ténors de sa formation, notamment Nicolas Sarkozy, enjoints de « se taire ».


     ■ [Reportage] La campagne bretonne, ses champs et ses peurs

    Avec notre envoyé spécial à Saint-Malon-sur-Mel, Pierre Olivier

    La route s’enfonce dans la campagne bretonne. Des champs à perte de vue, voici Saint-Malon-sur-Mel, 605 habitants, 32 % de votes Front national dimanche dernier. Ce retraité préfère rester anonyme : « Si la liste du Front national se représente, je voterai Front national parce qu’il y en a marre. Que ce soit les uns ou les autres, on entend toujours la même chose, mais on n’a aucun résultat. Le Front national, on verra bien. On peut essayer, il ne faut pas en avoir peur. »

    Perdue au bout d’un chemin, l’exploitation agricole de Louis et sa femme. Eux sont exaspérés par l’immigration maghrébine : « A dix kilomètres, il y a un marché tous les dimanches. Sur les terrasses, tout ça, ce que tu vois, c’est toujours des… Moi, je ne peux pas côtoyer ces gens-là. Peut-être qu’ils sont aussi bien que moi, je ne sais pas. Comme les Portugais, les Espagnols, ils sont venus en France. Ils se sont adaptés au rythme français. Mais eux, non. » Mais quand on leur demande s'ils sont confrontés à l'immigration : « Non. Du tout. »

    A Saint-Malon-sur-Mel, le Parti socialiste arrive tout de même deuxième. Cet habitant tente de prendre du recul : « C’est un village un petit peu reculé. Ils ont beaucoup de peur. Par ignorance, vous avez peur. Vous savez, s’il y a un petit vol ici dans le village, c’est obligatoirement des étrangers. Moi, je le traduis comme ça le vote FN. »

    En Bretagne, près de cinquante communes ont placé le Front national en première position, bien que le Parti socialiste soit arrivé largement en tête au niveau régional.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.