COP21: l'accord sur le climat adopté - France - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent

L'Inde annonce avoir mené des «frappes chirurgicales» au Cachemire. «Des équipes de terroristes s'étaient positionnées dans des bases le long de la Ligne de contrôle pour rentrer clandestinement et perpétrer des attaques terroristes (en Inde). L'armée indienne a mené des frappes chirurgicales la nuit dernière» contre ces positions, a déclaré un haut responsable de l'armée indienne à New Delhi. Ces frappes ont fait «un nombre significatif de victimes», selon lui. «Les troupes pakistanaises ont répondu à des tirs indiens non provoqués sur la Ligne de contrôle», a pour sa part indiqué l'armée pakistanaise dans un communiqué, précisant que les échanges de feu ont duré entre 02h30 et 08h00 du matin et ont coûté la vie à deux soldats pakistanais.

COP21: l'accord sur le climat adopté

media L'accord sur le climat a finalement été adopté le 12 décembre 2015 à la fin de la COP21. REUTERS/Stephane Mahe

L'accord sur le climat a été signé par les 195 délégations samedi 12 décembre 2015 au Bourget. La signature de l'accord a été ovationnée debout pendant de longues minutes.

Un accord sans précédent pour sauver la planète d'un désastre climatique a été adopté samedi en fin de journée à Paris dans un concert d'applaudissements par 195 pays, après plusieurs années de négociations extrêmement ardues.

« Je ne vois pas d'objection dans la salle (...) je déclare l'accord de Paris pour le climat adopté », a déclaré, très ému, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères et président de la 21e Conférence climat de l'ONU, en abattant son maillet sur le pupitre.

L'ambassadrice française Laurence Tubiana, bras droit de Laurent Fabius, a longuement étreint Christiana Figueres, la responsable climat à l'ONU, avant que le président François Hollande ne les rejoigne brièvement à la tribune. Sous les vivats de la salle, ils se sont tous pris par la main.

Le monde a écrit avec vous une nouvelle page de son histoire
François Hollande, président de la République 13/12/2015 - par RFI Écouter

Sur Twitter, le Premier ministre français Manuel Valls a salué la signature d'un « accord historique ».

Pour sa part, Barack Obama a salué également sur Twitter «l'énorme» accord de Paris. « C'est énorme : presque tous les pays du monde viennent juste de signer l'(accord de Paris) sur le changement climatique », écrit le président américain, tout en saluant le « leadership américain ».

Entre émotion et soulagement

Une grande euphorie règne au Bourget depuis l’annonce de cet accord historique.
Les interventions se sont succédé et ont souvent été suivies d’applaudissements, les diplomates se sont chaleureusement donné l’accolade.

Un événement important pour toute l'humanité
Réaction de Raoudha Gafrej, expert environnement auprès de la délégation tunisienne 13/12/2015 - par Stéphane Lagarde Écouter

Au terme d’un marathon de deux semaines de négociations, dont plusieurs nuits blanches, les délégués peuvent enfin savourer. « On ressent aujourd’hui une énorme émotion parce qu’on a tous travaillé ensemble, avec les gouvernements. On n'a jamais cru qu’on aurait un accord aussi profond que celui-ci, c’est la meilleure chose pour la planète, pour nos enfants et nos petits-enfants », se réjouit Sandrine Dixson Decleve, de l’association climat du prince de Galles.

La COP21 avait joué les prolongations au Bourget, près de Paris, après une nouvelle longue nuit de discussions sur un projet d’accord final. La Conférence sur le climat devait en effet s’achever vendredi soir.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a présenté le texte samedi midi aux 195 délégations qu'il avait appelées à adopter cet « accord historique ».


21 ans pour un accord

Il aura fallu 21 ans pour que les représentants des 195 pays membres de la convention des Nations unies sur les changements climatiques acceptent de faire des concessions sur leurs intérêts nationaux au profit de l'intérêt général, rappelle notre envoyée spéciale au Bourget Anne-Cécile Bras. Un sursaut impulsé par la présidence française de cette conférence, qui a fait le pari de l'audace.

L'ambition de limiter le réchauffement global à 1,5 degré est un but qui sera difficile à atteindre et qui implique une conversion de l'économie mondiale. Il va falloir se désintoxiquer des énergies fossiles, repenser les politiques d'aide au développement, créer les mécanismes pour aider les pays les plus vulnérables à s'adapter, des synergies aussi entre toutes les initiatives des villes et des entreprises.

Cet accord est un élan historique qui doit maintenant se décliner concrètement dans les pays. Mais il y a aussi son champ d'application à des secteurs essentiels comme l'agriculture, dont dépendent 2,5 milliards d'humains qui subissent déjà les modifications des cycles des pluies.

L'histoire retiendra que l'impulsion a été lancée à Paris. Rendez-vous l'année prochaine à Marrakech pour continuer à bâtir sur la confiance.

Réécoutez les décryptages et analyses sur nos antennes avec nos invités et spécialistes en direct du Bourget.

 

Edition spéciale COP21 accord adopté [19h19 - 19h30] 1ère partie 12/12/2015 - par Nathalie Amar Écouter
Edition spéciale COP21 accord adopté [19h35 - 20h] 2e partie 12/12/2015 - par Nathalie Amar Écouter

 

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.