GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Arbitrage Tapie: Christine Lagarde renvoyée en procès

    media La présidente du Fonds monétaire international Christine Lagarde, le 30 septembre 2015 à Washington. REUTERS/Carlos Barria

    L'ancienne ministre de la Justice et actuelle directrice du FMI, Christine Lagarde, sera jugée pour son rôle dans l'affaire dite Bernard Tapie. L'homme d'affaires, en litige avec l'Etat, avait bénéficié d'un arbitrage lui accordant 404 millions d'euros. Depuis, l'accord a été invalidé et Bernard Tapie a été condamné à rembourser la somme. Dans l'après-midi, le conseil d'administration du FMI a réaffirmé sa confiance à Christine Lagarde.

    La décision de renvoi est un revers pour Christine Lagarde. L'ex-ministre pouvait espérer éviter le procès. Le procureur général avait requis un non-lieu la concernant. Pour Jean-Claude Marin, la négligence est « difficile » à établir et peut « tout aussi difficilement être imputée à la seule Christine Lagarde ».

    Mais les magistrats instructeurs n'ont pas suivi son avis. S'ils n'ont pas retenu le chef d'inculpation bien plus grave de « détournement de fonds publics », ils considèrent néanmoins que les charges qu'ils peuvent retenir sont précises, graves et concordantes.

    Selon Mediapart, l'ex-ministre a été mise à mal à plusieurs reprises au cours de ses auditions. Sa ligne de défense - écrit le site d'information - a été d'accabler son ex-directeur de cabinet, Stéphane Richard, aujourd'hui PDG du groupe de téléphonie Orange.

    Au risque de se présenter comme une ministre dépassée, ne comprenant pas ce qui se passe dans son cabinet, elle aurait affirmé aux enquêteurs n'avoir jamais été au courant des mises en garde qui lui étaient adressées. Mais ses déclarations se heurtent souvent à celles faites lorsqu'elle était ministre. C'est donc désormais peut-être à la barre d'un tribunal qu'elle devra s'en expliquer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.