GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: 3,8 millions de personnes mal-logées

    media Dans les rues de Paris, deux SDF et leur chien dorment à même le sol. AFP / JACQUES DEMARTHON

    Selon l’état des lieux dressé jeudi 17 décembre 2015 par la Fondation Abbé Pierre, la crise du logement s’aggrave en France. Logements dangereux, insalubres, trop étroits, ou en situation de surpeuplement, plus de 12 millions de personnes seraient touchées par la crise du logement et 3,8 millions directement mal-logées, selon une étude basée sur les enquêtes de l’Institut national de la statistique et des études économiques.

    Le constat dressé par la Fondation Abbé Pierre est accablant. Année après année, le mal-logement ronge un peu plus la société française. « On a des chiffres qui sont très préoccupants. On a 3,8 millions de personnes qui sont mal logées, soit qu’elles n’ont pas de logement, soit qu’elles vivent dans des logements inconfortables, dangereux ou en situation de surpeuplement, c’est-à-dire qu’il manque beaucoup de mètres carrés pour pouvoir vivre dignement », a constaté le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert.

    Pour obtenir ce constat, l’association a comparé et analysé les résultats des deux dernières enquêtes, celle de 2006 et 2013 réalisées par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).

    Les indicateurs sont au rouge

    Outre ces formes graves du mal-logement, il y a toute une multitude de situations de fragilité. Plus de 12 millions de personnes seraient concernées. Et Christophe Robert d'expliquer : « Ce sont des personnes qui vivent dans des copropriétés dégradées, dans de mauvaises conditions, ou alors des personnes qui dépensent une trop grosse part de leur budget pour se loger, ça veut dire que là, ça a des impacts sur les autres dépenses : l’alimentation, la santé. »

    Et presque tous les indicateurs sont au rouge. « Par exemple vis-à-vis des personnes qui sont contraintes de retourner vivre chez des tiers, chez leurs parents, chez les amis. Je pense aussi aux indicateurs concernant les sans domicile fixe qui, en dix ans, ont augmenté de 50% », a conclu le délégué général de la Fondation Abbé Pierre.

    Dans ce tableau sombre, une seule bonne nouvelle : entre 2006 et 2013, le nombre des logements sans confort sanitaire de base a baissé de 40%.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.