GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l'Elysée abandonnerait l'idée de déchéance de nationalité

    media Le président François Hollande, après son discours devant les parlementaires français réunis en Congrès à Versailles, le 16 novembre 2015. REUTERS/Philippe Wojazer

    Le gouvernement présente mercredi son projet de réforme constitutionnelle, qui prévoit l'inscription dans la loi fondamentale de l'état d'urgence. Mais en tout cas, selon les informations du journal Libération que l'Elysée n'a pas confirmées officiellement, le chef de l'Etat renoncerait à son idée d'y introduire la déchéance de nationalité des binationaux «nés Français» et condamnés pour terrorisme.

    On ne les avait pas entendus protester il y a un mois, quand François Hollande avait fait cette annonce devant le parlement réuni en Congrès. L'émotion retombée, les langues socialistes se sont déliées. Voter la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme, une revendication historique du FN, reprise par une partie de la droite, il n'en est pas question. Au-delà du symbole politique, ils sont nombreux à gauche à faire cette analyse, y compris au gouvernement, sous couvert de l'anonymat : « ca serait stigmatiser les quatre millions de binationaux comme présumés coupables ».

    « Cela ne fait qu'accréditer les thèses de Marine Le Pen visant à dire qu'il y a les vrais Français de souche et les Français de papiers. », estime le député de Seine-Saint-Denis, Mathieu Hanotin.

    « Je préfère que quelqu'un qui ait attaqué notre pays, soit jugé en France, en prison en France et ensuite surveillé, plutôt qu'il soit envoyé dans un autre pays et qu'on ne sache pas quand il peut intervenir ou revenir », a déclaré la député écologiste Cécile Duflot.

    → Relire : Déchéance de nationalité: que veut changer le président Hollande?

    Signe qu'un rétropédalage est en cours devant la levée de boucliers, le Premier ministre lui-même a fait part de ses doutes il y a quelques jours en petit comité sur l'air de « ca n'est pas dissuasif : comment imaginer qu'un kamikaze ait peur de ne plus être français ? »

    Le terrain est préparé, la droite est donc à l'affût. Si jamais ce retrait est bien officialisé, dit un ténor, alors on dira qu'une révision de la Constitution est inutile. Comprendre : on aura un argument pour refuser l'affichage de cette concorde nationale qui réussit si bien au président.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.