GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: faut-il plus de prévention contre les accidents nucléaires?

    media La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire dans le Cher, à proximité du Sancerrois (France, centre). Getty Images/Picavet/Guy/Agence Images

    La France lance à partir du mois de janvier une grande campagne de distribution d'iode pour les populations vivant à proximité des centrales nucléaires. La précédente campagne de ce type remonte à 2009. Ces comprimés servent à prévenir de potentiels cancers de la thyroïde en cas d'accident nucléaire, mais au bout de sept ans, les comprimés n'ont plus d'effet. Il faut donc en distribuer de nouveaux. Depuis plus de 15 ans, ils sont distribués à toute personne résidant dans un rayon de 10 kilomètres autour d'une centrale.

    Lucien Petit vit à une trentaine de kilomètres de la centrale nucléaire de Belleville, sur les rives de la Loire. Trop loin, selon les Autorités de sureté nucléaire pour avoir droit aux comprimés d'iode, en cas d'accident. Pour lui, le rayon préventif de 10 kilomètres autour de la centrale, est trop limité. « De toute façon, ce sont les vents dominants qui dirigent les nuages radioactifs. Donc à 500 mètres ou à 10 kilomètres, la problématique n'est de toute façon pas résolue. »

    Pour cet habitant, cette question des vents dominants met en danger les populations bien au-delà des 10 kilomètres réglementés. Et cela implique selon lui d'élargir considérablement la distribution de comprimés d'iode.

    « Il faudrait quasiment distribuer des boites à tous les Français, vu comment les réacteurs sont répartis sur le territoire français, explique-t-il. Et même dans la limite des frontières parce que la France n'est pas une île isolée au milieu de l'Atlantique, mais elle a des voisins ! »

    Malgré les campagnes de prévention du gouvernement, Lucien Petit ne se sent pas prêt en cas d'accident nucléaire. « Personnellement, je ne saurais pas quoi faire, déplore-t-il. C'est bien ça le problème, parce qu'on peut imaginer que s'il y avait un accident, ce serait la panique totale ! »

    Il s'inquiète de vivre près d'une centrale nucléaire vieillissante, et milite aujourd'hui pour une sortie progressive du nucléaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.