GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le préfet de Corse demande l'arrêt des manifestations

    media Des manifestants devant la préfecture de Corse, à Ajaccio, le 26 décembre 2015. YANNICK GRAZIANI / AFP

    Une centaine de personnes ont de nouveau manifesté samedi à Ajaccio, dans un quartier populaire où une salle de prière musulmane avait été saccagée vendredi, en marge d’un autre rassemblement. Après ces dérapages racistes, le préfet de Corse a demandé l’arrêt des manifestations en promettant une présence policière renforcée dans les quartiers.

    Après deux jours de manifestations aux relents racistes, il ne devrait pas y avoir de manifestation ce dimanche 27 décembre dans le quartier populaire des Jardins de l’Empereur à Ajaccio. Les manifestants sont sortis satisfaits de leur rencontre avec le préfet de Corse samedi qui s’est engagé à ce que des policiers soient présents dans tous les quartiers. Le représentant de l'Etat a également annoncé qu’il allait prendre « un arrêté d'interdiction de manifester dans ce quartier ».

    « J'ai reçu une délégation pour leur demander de cesser ces mouvements et cette démonstration qui donne un image désastreuse de la Corse », a déclaré Christophe Mirmand au cours d'un point presse à l'issue de la rencontre avec une délégation de manifestants.

    « Arabes dehors »

    Samedi encore, des manifestants ont défilé dans le quartier des Jardins de l'Empereur, scandant « On est chez nous », « Arabes dehors ».

    Tout est parti la nuit de Noël de l'agression de deux pompiers et un policier. Vendredi, en réaction, une salle de prière musulmane avait été saccagée dans ce quartier des hauteurs d'Ajaccio, en marge d'une première manifestation. Des exemplaires du Coran avaient été brûlés.

    Des incidents vivement condamnés par les autorités. Le Premier ministre Manuel Valls avait dénoncé une « agression intolérable de pompiers » et une « profanation inacceptable d'un lieu de prière musulman », tandis que le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve évoquait des « exactions intolérables, aux relents de racisme et de xénophobie (qui) ne sauraient rester impunies ».

    « Sanctuariser »

    Ce dimanche après-midi, les forces de l'ordre ont mis en place dimanche un dispositif visant à « sanctuariser » le quartier des Jardins de l'Empereur. Un dispositif composé « d'une demi-compagnie de CRS et deux escadrons de gendarmerie », soit 150 hommes, a été déployé pour protéger l'entrée du quartier, a indiqué Patrice Vaiente, le directeur départementale de la sécurité publique (DDSP).

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.