GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Corse: Cazeneuve et Valls affichent leur volonté de rétablir l’ordre

    media Le ministre de l'Intérieur Bernard Caseneuve (c) s'est rendu à la caserne des pompiers qui avaient été agressés le soir de Noël. Ajaccio, le 30 décembre 2015. Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

    « L'Etat ne reculera jamais en Corse ». C'est le message du Premier ministre Manuel Valls ce mercredi 30 décembre au matin, six jours après les premiers débordements à Ajaccio : l'agression de pompiers puis des manifestations racistes et le saccage d'une salle de prière. Un message repris par Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur était à Ajaccio aujourd'hui. Il a fermement défendu « l'unité de la République », sur fond de polémique sur la « nation corse ». Il a par ailleurs annoncé un renforcement de la sécurité dans le quartier d'Ajaccio, théâtre des débordements.

    Le ministre de l’Intérieur est arrivé sur l'île tôt dans la matinée. Il a rendu visite à la fois aux pompiers et aux forces de l'ordre pour leur manifester son soutien. Bernard Cazeneuve s’est aussi entretenu avec les habitants du quartier des Jardins de l’Empereur et a visité la salle de prière saccagée par les manifestants dans les jours qui ont suivi. Une manière de condamner ces événements.

    Bernard Cazeneuve a de nouveau promis la fermeté contre les auteurs des agressions comme contre les débordements racistes qui ont suivi. « Ces actes sont absolument contraires aux valeurs de la République. Ils sont contraires aux traditions de cette île. Ces actes témoignent de la présence dans l’esprit de certains d’une xénophobie pure et simple et de sentiments antimusulmans qui n’ont pas lieu d’être. Ces comportements sont des comportements qui doivent être qualifiés pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des comportements délinquants. Ils seront donc réprimés sans aucune faiblesse. », a-t-il déclaré.

    Des habitants de ce quartier populaire ont exprimé une demande accrue de sécurité. « Cette demande est entendue par l'Etat qui renforcera encore, dans les jours à venir, un plan d'action spécifique au quartier », a déclaré le ministre lors d'un discours à la préfecture de Corse. Un plan qui prévoit l'augmentation de la présence policière pour multiplier les opérations de contrôle, lutter contre toutes les formes de trafics, et notamment les trafics de stupéfiants.

    Valls : la Corse n'est pas une « zone de non-droit »

    Dans une interview, au quotidien Le Parisien (édition du 30 décembre), le Premier ministre Manuel Valls met les choses au point : pas de zone de non-droit en Corse, pas de nation corse, pas de langue corse officielle.

    Pour le Premier ministre, « l'Etat ne reculera jamais » en Corse, les responsables du guet-apens de la semaine dernière contre les pompiers et des représailles racistes qui ont suivi, seront identifiés et jugés. Manuel Valls balaie aussi les critiques concernant la visite tardive de Bernard Cazeneuve sur place. « Il fallait rétablir l'ordre », explique le Premier ministre qui précise qu'il se rendra en Corse dans les prochains mois.

    Lignes rouges

    Manuel Valls en profite aussi pour tracer les lignes rouges sur lesquelles l'Etat ne cèdera pas. Il n'y a qu'une seule nation, la nation française, qu'une seule langue : le français. Il n'y a pas de prisonniers politiques et les assassins du préfet Erignac ne seront donc pas amnistiés.

    Manuel Valls, conseiller de Lionel Jospin à Matignon au moment de l'assassinat du préfet Erignac, affiche une fermeté sans faille. Il envoie un message clair aux nationalistes vainqueurs des élections régionales, qui ont manifesté des velléités de renégocier le statut de l'île. Il coupe court à toute revendication de cet ordre. Pour le Premier ministre, « l'attachement de la Corse à la République française n'est et ne sera jamais négociable ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.