GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    En France, trois fois plus d’actes islamophobes en 2015

    media Abdel-Mounim El Khalfioui, le responsable de la salle de prière musulmane d'Ajaccio, montre des exemplaires du Coran incendiés lors de l'attaque du lieu de culte, le 25 décembre 2015, par un petit groupe d'individus. Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

    Près de 400 actes antimusulmans en 2015. C'est le sombre bilan tiré par la très officielle Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Dilcra). 400 actes à l'encontre des personnes et des bâtiments associés à l'islam en un an, c'est trois fois plus qu'en 2014 et c'est sans compter les récents événements en Corse. Mais ce sont bien tous les actes antireligieux qui sont en hausse depuis le mois de janvier.

    L'année des attentats est aussi celle des actes islamophobes. Cent soixante-quinze agressions et dégradations antimusulmanes juste après l'attaque à Charlie Hebdo, 450 au total aujourd'hui, après les attentats de novembre. Des chiffres officiels de la Dilcra, l'organisme en charge pour le gouvernement de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme.

    « Ça veut dire des tags, des dégradations perpétrées contre des lieux de culte, des têtes de cochons déposées devant les mosquées, des agressions verbales voire physiques d’hommes et de femmes musulmanes ou supposés tels, puisqu’on a constaté – on le voit beaucoup sur les réseaux sociaux – une libération de la parole raciste », explique Gilles Clavreul, le responsable de la Dilcra.

    Parole raciste

    Une parole raciste qui s'attaque à toutes les minorités religieuses. En tête, toujours, la violence antisémite. « Il y a 15 ans, avant l’année 2000, on comptait 70 à 90 actes antisémites par an, poursuit Gilles Clavreul. En 2014, on en a compté 851. En 2015, on reste à des niveaux historiquement élevés d’actes antisémites. »

    Les auteurs de ces actes, antisémites ou antimusulmans, ne sont pas toujours retrouvés par la police. Cela découragerait 15 % des victimes de porter plainte. Alors, pour les inciter et donner la preuve que la justice agit, la Dilcra prévoit de publier dès l'année prochaine des statistiques sur les condamnations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.