GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: une mère dénonce des violences policières à Pantin

    media Le canal, non loin de la cité Scandicci, à Pantin. By Pline, via Wikimedia Commons

    Samedi, à Pantin, au nord de Paris, un contrôle d'identité a mal tourné dans une cité. Une mère de famille a été frappée et gazée par la police alors qu'elle essayait de s'interposer. Depuis, une vidéo de l'affrontement circule sur internet. Une plainte a été déposée contre des policiers. Reportage.

    Zarah Kraiker ne retient plus ses larmes. Assis à côté d'elle son fils Wassil, 15 ans. Les marques des coups reçus par les forces de l'ordre sont toujours visibles sur son visage. Tout s'est passé samedi dernier dans la cour intérieure de la cité Scandicci de Pantin. Un contrôle d'identité qui dérape. Une mère qui accourt pour s'interposer entre son fils et la police.

    « J’ai demandé des explications à ce moment-là à ce policier, raconte Zarah Kraiker. Il m’a violemment bousculée, j’ai été insultée, j’ai été frappée, j’ai été mise à terre, j’ai été gazée. Depuis les attentats, malheureusement, ça a accentué les choses. Ils ont une porte qui leur a été grande ouverte. »

    La famille Kraiker et les témoins mettent en cause la Brigade spécialisée de terrain (BST). Mais pour Grégory Goupil, délégué du syndicat de police Alliance, les policiers ont fait leur travail. « Ce n’est pas le contrôle d’identité qui dégénère, précise-t-il. On a une interpellation par la suite qui va dégénérer. Parce que ce qui motive le contrôle d’identité, c’est la présence d’un chien de type molossoïde au milieu d’un groupe d’une quinzaine d’individus : pas de laisse, pas de muselière. Donc il y avait quand même une infraction constatée par les policiers. »

    Après l'incident, cinq jeunes ont été mis en garde à vue 72 heures avant d'être relâchés. Une information judiciaire est ouverte.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.