GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l'agresseur des militaires à Valence mis en examen

    media Le procureur Alex Perrin lors d'une conférence de presse, à Valence, le 2 janvier 2016, suite au geste d'un automobiliste qui a foncé sur des militaires de garde devant la grande mosquée de Valence le 1er janvier. . PHILIPPE DESMAZES / AFP

    Le conducteur qui a foncé sur des militaires devant la grande mosquée de Valence dans le sud de la France a été mis en examen ce dimanche pour « tentative d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique ». A l'issue de la garde à vue, le juge d'instruction n'a donc pas retenu l'hypothèse terroriste. 

    Vendredi 1er janvier, au volant de sa voiture, il avait foncé à deux reprises sur quatre militaires en faction devant la grande mosquée de Valence. D'éventuelles motivations terroristes n'ont donc pas été retenues par le juge d'instruction. Ce Français, d'origine tunisienne, était en effet inconnu des services de police. A ce stade de l'enquête, il ne serait lié avec aucun groupe terroriste.

    Selon le procureur de Valence, Alex Perrin, les enquêteurs s'interrogent sur l'état de « santé mentale » du suspect. Aux secouristes, il aurait en effet déclaré qu'il voulait « se faire tuer par des militaires, et tuer des militaires », car ceux-ci « tuaient des gens ».

    L'enquête n'a pas permis à ce jour de conclure à la préméditation en dépit de la découverte de propagande jihadiste dans son ordinateur. Selon le Journal du Dimanche, il s'agirait de neuf vidéos consultées sur Internet. « Des images qui peuvent être trouvées par n’importe qui sur Internet », a indiqué le procureur.  

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.