GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
Aujourd'hui
Mercredi 23 Août
Jeudi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président américain a présenté lundi soir la nouvelle stratégie des Etats-Unis pour l'Afghanistan, «la plus longue guerre de l'histoire américaine», a-t-il dit. Estimant qu'un retrait des troupes créerait un «vide» qui pourrait profiter aux terroristes, Donald Trump a rappelé que le soutien des Américains à Kaboul n'était pas «un chèque en blanc». Evoquant la situation dans la région, il a tenté de mettre la pression sur le Pakistan voisin qui, a-t-il déclaré, «est souvent un refuge pour les agents du chaos, de la violence et de la terreur». Le Pakistan a «beaucoup à perdre» s'il continue d'abriter des «terroristes», a averti Donald Trump, qui s'est par ailleurs dit ouvert à un accord politique avec certains talibans.

    France

    Attentat contre «Charlie Hebdo»: un an après, la Une divise

    media La Une du numéro de Charlie Hebdo du 6 janvier 2016. Charlie Hebdo

    La Une du prochain numéro de Charlie Hebdo à paraître mercredi 6 janvier 2016 a été dévoilée ce lundi. Pour le numéro spécial, un an après les attaques qui ont décimé une partie de la rédaction de l'hebdo satirique, la Une dévoile une caricature de Dieu, kalachnikov sur le dos, et ce titre : « 1 an après, l'assassin court toujours ». Un dessin qui ne manque pas de faire réagir.

    Les yeux exorbités, la barbe tachée de sang. La Une du numéro spécial de Charlie Hebdo esquisse un Dieu en noir et blanc, poings rageurs et Kalachnikov sur le dos. « 1 an après, l'assassin court toujours», titre l'hebdomadaire.

    Abdallah Zekri de l'Observatoire national contre l'islamophobie se dit choqué : «On me parle de liberté d’expression. La liberté d’expression, je suis pour, mais il y a des limites. Est-ce que Dieu tue des gens ? Est-ce que Dieu appelle à tuer des gens ? Dans le climat actuel et par rapport à notre engagement avec Charlie, par rapport à ce qu’on a apporté, par rapport à nos manifestations, il faudrait qu’ils arrêtent un petit peu de dire que la religion tue des journalistes.»

    Pour François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, cette Une perpétue la tradition de Charlie Hebdo. « Ce dessin n’est pas un dessin de Dieu. C’est le Dieu de Charlie Hebdo. Le décalage fait qu’on peut en rire. D’ailleurs, ce n’est pas très surprenant, c’est même réconfortant, de voir que, malgré tout ce qui s’est passé, cette vision peut encore avoir droit de cité dans la presse française ».

    Pour son numéro spécial, Charlie Hebdo prévoit d'écouler un million d'exemplaires. Un tirage exceptionnel, mais loin des 7,5 millions d'exemplaires vendus du numéro des survivants, sorti une semaine après l'attaque du 7 janvier.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.