GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Février
Samedi 18 Février
Dimanche 19 Février
Lundi 20 Février
Aujourd'hui
Mercredi 22 Février
Jeudi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • A La Réunion, un homme qui faisait du bodyboard a été tué par un requin mardi matin (pompiers)
    • Pakistan: au moins trois personnes tuées dans l'attaque d'un tribunal du nord-ouest du pays par trois kamikazes
    • Grippe aviaire: tous les canards des Landes vont être abattus (ministre)
    • Bernard Cazeneuve, en visite officielle de trois jours en Chine, a demandé à Pékin de s'ouvrir plus aux produits français
    • Attentats: la ville de Paris et l'Ile-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016 (officiel)
    France

    Claire Bretécher, le crayon réaliste d’une grande dessinatrice

    media Agrippine et l’ancêtre, 1998. Claire Bretécher -Dargaud

    C’est la première rétrospective consacrée à Claire Bretécher, auteur de bande dessinée et créatrice de personnages aussi célèbres que « Les Frustrés » ou encore « Agrippine ». La BPI du Centre Pompidou présente une artiste reconnue pour son incomparable talent à croquer avec humour la société française et particulièrement la famille, le couple et la bourgeoisie.

    Claire Brétecher ? C'est d'abord une pionnière. La première dessinatrice de presse à s'imposer au début des années 1970 dans un univers graphique uniquement composé d'hommes.

    Drôle et talentueuse

    Proche de Gotblib, amie plus tard de Wolinski, Bretécher affine son style dans le magazine Pilote et définit très vite les contours d'un univers qui sera reconnaissable au premier coup d'œil : « D’abord, c’est une grande artiste. Une grande dessinatrice. Elle commence à s’affirmer dans Pilote où elle dessine les Salades de saison qui sont une préfiguration des Frustrés qu’elle va ensuite dessiner dans le Nouvel Observateur en 1973, explique Isabelle Bastian-Dupleix, l'une des commissaires de l'exposition au Centre Pompidou. Elle est drôle, talentueuse, très exigeante et elle travaille beaucoup. Sa spécificité est aussi qu’elle s’intéresse aux rapports humains et aux relations sociales. Elle a une sorte d’œil aiguisé pour sentir et retranscrire l’air du temps et en même temps la permanence des relations humaines. »

    Quand Claire Bretécher croque la société française

    Observatrice, caustique, à la fois féministe, mais féroce envers les extrémistes, Claire Bretécher croque entre les années 1980 et 2000 une société française en pleine mutation : divorce, monoparentalité, famille recomposée, homosexualité acceptée, rien n'échappe au coup de crayon réaliste de la dessinatrice.

    Le phénomène Agrippine

    Claire Bretécher est même la première à s'intéresser à l'adolescence avec un personnage devenu une référence: Agrippine. « C’est une adolescente assez insupportable dont la principale motivation est de voir ses copains et puis de soutirer l’argent de poche à son père qu’elle adore, mais elle est toujours en conflit avec sa mère, sa famille. Elle a beaucoup représenté Agrippine dans sa chambre en désordre, ne travaillant pas, tout le temps collé ou attendant des coups de fil. Elle est insupportable, mais en même temps, elle est aussi capable de grandes affections, notamment pour Zonzon, son arrière-grand-mère. Donc, oui, elle a contribué à la reconnaissance de la spécificité de cette période de la vie. »

    Adolescents, petits ou grands, tout le monde peut se reconnaitre dans cette exposition Claire Bretécher, à visiter à la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou-Paris, jusqu'au 8 février.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.