GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats de janvier: trois plaques du souvenir dévoilées

    media François Hollande se recueille devant l'une des deux plaques commémoratives dévoilées ce mardi 5 janvier à l'extérieur des locaux de «Charlie Hebdo». REUTERS/Benoit Tessier

    Un an après les attentats de janvier et leurs dix-sept victimes, François Hollande a donné ce mardi matin le coup d'envoi d'une semaine de commémorations. Deux plaques ont été apposées sur les lieux des attaques du 7 janvier contre le journal Charlie Hebdo. François Hollande, Manuel Valls et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont ensuite rendus porte de Vincennes pour dévoiler une troisième plaque dédiée aux quatre victimes juives du magasin Hyper Cacher, tuées le 9 janvier par Amadou Coulibaly.

    Trois plaques ont été dévoilées mardi 5 janvier à la mémoire des victimes des attaques contre Charlie Hebdo et contre l'Hyper Cacher, il y a un an, en présence de François Hollande et des familles, marquant le début d'une semaine de commémorations des attentats commis en janvier 2015.

    Le président François Hollande a d'abord dévoilé sur les lieux de la tuerie de Charlie Hebdo, rue Nicolas-Appert (XIe arrondissement), une plaque « à la mémoire des victimes de l'attentat terroriste contre la liberté d'expression » perpétré le 7 janvier 2015.

    Accompagné de la maire de Paris Anne Hidalgo et du Premier ministre Manuel Valls, il a ensuite dévoilé une autre plaque sur le boulevard Richard-Lenoir proche, où un policier, Ahmed Merabet, avait été abattu peu après par les frères jihadistes Saïd et Chérif Kouachi.

    J'ai toujours une pensée pour les victimes quand je viens travailler
    J'ai perdu un ami ici, Yohan Cohen... 05/01/2016 - par RFI Écouter

    Puis la délégation a pris la direction de la porte de Vincennes, à l'est de la capitale, troisième lieu marqué par la mort il y a un an. Sur place, beaucoup de voisins sont venus observer la cérémonie qui n'était pas directement accessible à la presse. Dans le quartier, la vie a repris son cours, bien sûr. Une riveraine confie ainsi qu'elle continue à faire ses courses à l’Hyper Cacher, non sans un pincement au cœur. Pour les clients du supermarché, c’est un acte de courage de continuer à se rendre dans ce lieu, désormais symbolique. La dame a regardé longtemps la façade, refaite avec le store et l’enseigne en bleu-blanc-rouge.

    Un couac... orthographique

    Lorsqu'un jeune homme sort de l’Hyper Cacher, un habitant du quartier s’exclame : « C’est un ange. » Et de l’embrasser longuement. Le jeune homme, c'est Lassana Bathily, jeune Malien, sauveur de plusieurs vies à l’époque.

    Dépôts de gerbe et minutes de silence : les cérémonies, en présence des proches des victimes, ont été marquées par une grande sobriété.

    La matinée a été cependant entachée d'une polémique. L'une des plaques commémoratives, commandée par la Mairie de Paris, fait figurer le nom de l'une des victimes de Charlie Hebdo, le dessinateur Georges Wolinski avec une faute d'orthographe : « Wolinsky », est-il inscrit. L'erreur, après avoir été provisoirement dissimulée sous un drap noir, devait être réparée dans l'heure au mastic, et une nouvelle plaque remplacera la première dans les 48 heures.

    Une autre plaque à la mémoire de la policière municipale tuée le 8 janvier à Montrouge, près de Paris, sera dévoilée samedi matin, également en présence de François Hollande. Les commémorations doivent culminer dimanche sur la place de la République, au coeur de Paris, avec un rassemblement dédié aux morts de janvier mais aussi aux 130 tués dans les attaques du 13 novembre, les pires de l'histoire de France.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.