GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats de Charlie: une voisine du journal raconte l'après 7 janvier

    media La Une du numéro post-attentat de Charlie Hebdo, dans un kiosque parisien. REUTERS/Stephane Mahe

    Un an après Charlie Hebdo, le témoignage d’Anna, 28 ans (son prénom a été modifié, car elle souhaite garder l’anonymat). Elle travaille au 1er étage du 10 rue Nicolas-Appert, à Paris. Juste au-dessus se trouvaient les anciens locaux du journal Charlie Hebdo où le massacre a eu lieu il y a tout juste un an. Par la fenêtre de son bureau, Anna a vu les deux terroristes arriver devant l’immeuble.

    Un an après, elle décrit ce 7 janvier 2015 comme « le pire jour de sa vie ». Elle savait que l’équipe de Charlie Hebdo travaillait là, mais sans avoir été vraiment prévenue. Elle se souvient du jour où l’équipe du journal satirique s’est discrètement installée.

    Anna : Ça s’est fait un peu comme ça en cachette. Ils sont arrivés avec leurs cartons. En riant un peu jaune, on parlait de notre patron et on se disait qu’on espérait qu’il avait une bonne assurance en cas d’incendie ou ce genre de choses. Mais on n’aurait jamais pensé que ça irait jusque-là. Et on était un peu en colère aussi quand même qu’ils viennent là, sans prévenir. Il y aurait eu une bombe, je ne serais pas là en fait. Je ne suis pas en colère contre Charlie Hebdo, mais que ce soit avant les évènements ou après, on a été très peu prévenus, un peu pris en main, mais pas beaucoup, parce que c’était un peu la panique pour tout le monde que ce soit les équipes psychologiques. On a été un peu les oubliés avant et après.

    Comment avez-vous géré l’après-attentat ? Est-ce qu’on vous a proposé de voir des gens, des médecins ?

    Mon entreprise a essayé de contacter toute l’organisation qui était censée s’occuper de nous. C’était un peu le désordre. Des psychologues sont finalement venus. Ils nous ont fait parler en groupe. Mais après, très vite, c’était à chacun de son côté de se débrouiller. Je me souviens qu’il y a quelqu’un qui est venu faire une enquête après justement, comment on avait été suivis, pour si jamais ça se repasse. C’est à l’époque, c’est un peu étrange d’en parler, mais si jamais ça recommençait, qu’ils sachent comment le gérer parce qu’ils ont été dépassés. Ce n’était jamais arrivé ce genre d’évènement. Donc ils ont fait ce qu’ils ont pu. Mais c’est vrai que j’ai pu parler vraiment de mon ressenti peut-être six mois après à quelqu’un qui s’y intéressait.

    Quelles traces cet évènement a laissées au fond de vous-même ?

    C’est un peu dur. Des fois j’oublie et des fois ça revient. Je pense que j’ai une peur un peu constante maintenant. J’ai l’impression qu’à chaque coin de rue ou dans le métro, quelqu’un va sortir une arme et tirer. Mais la vie continue.

    Et votre vie justement, elle continue. Mais a-t-elle changé ou pas ?

    Oui, je suis peut-être un peu moins légère, un peu plus lucide sur les choses et ce qui peut se passer en France aujourd’hui. On pensait que ça n’arrivait qu’ailleurs.

    Les images rediffusées pendant toute cette semaine de commémoration, comment les recevez-vous ?

    Je ne les reçois pas. Je ne regarderai pas la télé. Je ne peux pas en fait. Ça veut dire que là, comme ça, ça va. Mais si on me remontre ces images, je ne peux pas regarder, c’est trop douloureux. Ça fait un an, mais c’est pareil. Si je vois encore un mec cagoulé, je ne suis pas à l’aise.

    Un an après, qu’est-ce qui reste finalement de ce 7 janvier 2015 ?

    Un petit traumatisme. Oui, évidemment je n’étais pas visée moi personnellement, ni mes collègues. C’était Charlie, mais ça, je ne le savais pas quand les deux mecs armés sont entrés et quand je me suis mise sous le bureau. J’ai eu peur comme tout le monde. J’ai eu peur de mourir, donc ça après on s’en remet comme on peut.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.