GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Salim Benghalem, condamné à 15 ans de prison

    media Capture d'écran d'une vidéo de février 2015 montrant Salim Benghalem. AFP / HO / AL HAYAT MEDIA CENTRE

    C'était une décision de justice attendue. Le jihadiste français Salim Benghalem a été condamné ce jeudi à 15 ans de prison, reconnu coupable pour son rôle dans l'acheminement de Français en Syrie pour y combattre. Mais l'homme qui occupe un haut rang au sein du groupe Etat islamique se trouve lui aussi en Syrie. Il a donc été jugé en son absence ; six autres prévenus, eux, se trouvaient bien dans l'enceinte du palais de justice au moment du procès. Ils ont écopé de peines entre 6 et 9 ans de prison.

    A peine avait-il débuté, que ce procès de la filière jihadiste du Val-de-Marne prenait une ambiance particulière. Il s'est, en effet, ouvert quelques jours après les attentats du 13 novembre, et en l'absence de son principal prévenu, Salim Benghalem.

    L'homme qui est la cible d'un mandat d'arrêt international, se trouve aujourd'hui au sein du groupe Etat islamique en Syrie. C'est son rôle prééminent, sa détermination à pousser des Français à le rejoindre qui lui ont valu cette peine de quinze ans de prison.

    Ces hommes qui l'ont rejoint, ils sont cinq dans le box des accusés. Certains ont passé plusieurs mois en Syrie, d'autres quelques jours, avant de revenir en France, c'était entre 2012 et 2013. Ils ont été condamnés à des peines oscillant entre six et neuf ans de prison en fonction de leur implication dans la filière.

    Il y a ensuite le Marocain Younes Chanaah. Lui ne s'est jamais rendu sur place, mais a servi de facilitateur, un « rôle central, polymorphe » appuie le président de la XVIe chambre correctionnelle. Il a financé, organisé, planifié le voyage des autres prévenus.

    Pour lui, ce sera six ans de prison. Un verdict qu'il encaisse les bras croisés, en faisant non de la tête au moment où sa peine est assortie d'une interdiction définitive de pénétrer sur le territoire français.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.