GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le gouvernement dissout trois associations musulmanes

    media « Il n’y a pas de place dans la République pour des structures qui provoquent, qui appellent au terrorisme ou appellent à la haine », a déclaré le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

    Le gouvernement français a dissout ce mercredi 13 janvier 2016 trois associations cultuelles musulmanes qui géraient la mosquée de Lagny-sur-Marne (région parisienne), accusée de soutenir le terrorisme et fermée depuis le 2 décembre.

    « Il n’y a pas de place dans la République pour des structures qui provoquent, qui appellent au terrorisme ou appellent à la haine », a déclaré le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve à l’issue du Conseil des ministres où la dissolution de trois associations a été actée. Une première selon le ministère de l’Intérieur.

    Dans un communiqué, ce dernier précise que ces associations visaient, outre « la promotion d’une idéologie radicale », « à organiser le départ de combattants en zone irako-syrienne (…) notamment le départ d'individus de la mosquée de Lagny-sur-Marne qui rejoignaient l'Egypte auprès d'un imam radical avant, pour certains, de rejoindre la zone irako-syrienne. »

    Apologie du jihad et du Front al-Nosra

    Cette mesure de dissolution avait été annoncée dès le 2 décembre, jour d’une opération de police visant la mosquée de Lagny que géraient les trois associations. Des perquisitions avaient permis la saisie de munitions de kalachnikov et des vidéos de propagande, et conduit à 22 interdictions de sortie du territoire et 9 assignations à résidence. Une école coranique avait également été découverte au domicile du principal dirigeant des trois associations. Toujours d’après le ministère de l’Intérieur, elle disposait d’un « matériel pédagogique » faisant l’apologie du jihad et du Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda.

    Si la décision de cette dissolution a été prise dans le cadre de l’état d’urgence, les autorités françaises n’avaient pas attendu les attentats du 13 novembre pour s’intéresser à la mosquée de Lagny. L'ancien imam des lieux avait notamment attiré leur attention. Mohamed Hammoumi, un salafiste de 34 ans, était soupçonné d'avoir joué un « rôle majeur dans l'endoctrinement et le recrutement de volontaires pour le jihad en Syrie ». Une dizaine de ses fidèles se sont enrôlés, estiment les autorités. Hammoumi a quitté la France pour l'Egypte fin 2014. Mais ses avoirs financiers ont été gelés.

    Le président du Conseil français du culte musulman, Anouar Kbibech, a jugé « normal que la loi s’applique » si des « responsables de mosquées ou imams se rendent coupables d’appels à la haine ou à la violence ». Depuis les attentats du 13 novembre, aux moins deux autres mosquées, sans compter les salles de prière clandestines, ont été fermées, mais seulement pour la durée de l’état d’urgence, en vigueur jusqu’au 26 février.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.