GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Jean-François Copé revient avec un livre-programme

    media Jean-François Copé, le 3 novembre 2015 à l'Assemblée nationale. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

    Jean-François Copé, forcé à la démission de la présidence de l'UMP en 2014, revient sur la scène politique avec un livre-programme : « Le sursaut français ». Le champion de la « droite décomplexée » montre que son ambition reste intacte, malgré une popularité en berne.

    Jean-François Copé dit n'avoir « aucune rancœur », ni « amertume ». Pourtant, c'est un regard tout à la fois meurtri et extrêmement sévère qu'il porte sur son éviction forcée de l'UMP, évoquant « la meute s'acharnant sur lui » ce fameux matin de mai 2014. « Les regards de haine » de ses compagnons de route de l'UMP réclamant sa tête en faisant de lui, explique-t-il, « un coupable idéal ».

    Dix-huit mois ont passé, le chaos s'est dissipé et Jean-François Copé dit avoir « tourné la page », martelant sa parfaite innocence dans cette affaire Bygmalion devenue celle des « comptes de campagne de Nicolas Sarkozy ».

    Livre-programme

    Il revient avec un livre-programme « Le sursaut français », digne d'une candidature à la présidentielle. Un projet clairement libéral : la fin de l'emploi à vie, le retour aux 39h dans la fonction publique et une confiance intacte dans « son diagnostic sur le malaise français », acquis, souligne-t-il, après un an et demi de déplacements dans tout le pays.

    2017 en vue ?

    Copé est donc de retour et son ambition est intacte à dix mois de la primaire du parti, alors qu’Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire et même Nicolas Sarkozy passent à la vitesse supérieure, il entend lui reprendre toute sa place chez Les Républicains. Et n'exclut rien pour 2017, même s'il affirme « ne pas y penser ».

    Son retour, pourtant, agace et inquiète à droite. Un Juppéiste tente néanmoins de s'en réjouir : « S'il se présente aux primaires ça fera plus de mal à Sarkozy qu'à Juppé ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.