GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Menace terroriste: un rapport sur la sécurité ferroviaire

    media Des passagers sont contrôlés, le 21 décembre 2015, à l'un des deux portiques de sécurité installés gare du Nord au départ du Thalys, le TGV à destination de la Belgique et des Pays-Bas. AFP / BERTRAND GUAY

    L'attentat déjoué du Thalys entre Bruxelles et Paris avait fait prendre conscience des failles de sécurité dans les transports. Et alors que la menace terroriste est toujours à son niveau maximal en France, deux sénateurs ont rendu public un rapport sur la sécurité dans les gares, les trains et les stations de métro. Selon eux, la sécurité doit être renforcée. Parmi la quinzaine de propositions, quelques mesures phares.

    Deux portiques de sécurité sont désormais installés gare du Nord au départ des TGV. Le problème, selon les deux sénateurs Les Républicains qui ont proposé 15 mesures pour sécuriser le réseau ferré, c’est que ces portiques sont beaucoup trop chers pour être implantés sur tout le territoire.

    Alors plutôt que de généraliser un système qui coûte 1 250 000 euros par an et par portique, ils proposent des portillons de sécurité déplaçables, pour des contrôles aléatoires. Selon eux, cette méthode aurait aussi pour avantage de déstabiliser de potentiels terroristes qui ne sauraient pas où et quand auraient lieu les contrôles.

    Autre proposition : une révision constitutionnelle pour simplifier et systématiser les fouilles de bagages, les palpations et les contrôles d'identité. Quiconque s'y opposerait se verrait refuser l'accès au train.

    Enfin, le rapport souligne que 300 personnes sans-abris dorment tous les soirs dans le métro parisien alors que les stations sont fermées. Une pratique risquée : un terroriste pourrait se cacher parmi eux et installer des explosifs la nuit. Les sénateurs proposent donc de réfléchir à la manière de reloger les SDF à l'extérieur du métro.

    → A lire aussi : France: attaque dans un train Amsterdam-Paris, un suspect arrêté

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.