GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Chômage: François Hollande attendu sur le plan d’urgence pour l'emploi

    media Le président François Hollande visite les chantiers navals STX France. Saint-Nazaire, le 13 octobre 2015. REUTERS/David Vincent/Pool

    François Hollande adresse ses vœux ce lundi aux acteurs de l'économie et de l'emploi. A cette occasion, le président va préciser son plan pour l'emploi. Peut-être la solution de la dernière chance pour inverser la courbe du chômage. Le chef de l'Etat est très attendu par l'opposition et les syndicats.

    Trois mesures phares pour mettre cet état d'urgence pour l'emploi en marche : d'abord, un plan massif de formation des chômeurs pour accompagner - en 2016 - cinq cent mille demandeurs d'emploi vers les métiers de demain, tel que le numérique et la transition énergétique.

    Cette proposition est l'extension massive d'un dispositif mis en place en 2013, qui pour l'instant n'a pas réellement porté ses fruits. Les partenaires sociaux ont clairement dit attendre des formations ciblées et de qualité, pas de simples formations qui permettraient de faire baisser artificiellement les chiffres du chômage.

    Convaincre les présidents de région

    Une proposition que l'opposition, elle, qualifie de tour de « passe-passe ». Les besoins seraient estimés par bassin d'emploi, région par région, et l'Etat mettra les moyens. Une rallonge budgétaire d'un milliard d'euros a été évoquée.

    François Hollande va devoir convaincre les présidents de région, les principaux financeurs de la formation professionnelle. Les nouveaux élus de droite comme Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse ou Christian Estrosi ne veulent pas devenir les « roues de secours » d'un exécutif à la peine.

    Autre mesure : l'apprentissage, car il s'agit de redonner ses lettres de noblesse à une filière toujours largement boudée. Et enfin des aides à l'embauche pour les PME, les petites et moyennes entreprises où se trouve l'essentiel de l'emploi en France, alors que les organisations patronales plaident encore pour des exonérations de charges fiscales et un contrat de travail plus souple, contrat auquel l'exécutif ne veut pas toucher.

    La réforme du Code du travail : sujet risqué

    Une autre offensive est en préparation : la réforme du Code du travail. Un sujet risqué qui inquiète déjà les syndicats. C'est d'ailleurs la ministre du Travail, Myriam el-Khomri, qui devrait porter la principale loi économique de 2016, dernière année du mandat de François Hollande. L'Elysée juge la benjamine du gouvernement moins clivante que son collègue de l'Economie, Emmanuel Macron.

    La lutte contre le chômage reste « ma priorité », a assuré le président français. Une priorité de chef d'Etat et d'homme politique. François Hollande a conditionné sa candidature pour la présidentielle de 2017 à la baisse du chômage en France d'ici la fin de son quinquennat et il répète qu'il réformera jusqu'au bout. Mais à quinze mois de la présidentielle, il sait qu'il abat ici ses dernières cartes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.