GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats de Paris: «J’ai envie d’aller mieux, c’est tout»

    media Le Carillon, dans le Xe arrondissement de Paris, a été l'un des bars visés par les attentats, le 13 novembre 2015, Aurélie s'y trouvait. REUTERS/Charles Platiau

    En France, 51 personnes sont toujours hospitalisées après les attentats de novembre. C'est le cas d'Aurélie, 28 ans. Le 13 novembre, elle prend un verre sur la terrasse du Carillon dans le Xe arrondissement quand elle est touchée par les rafales des kalachnikovs. Après de nombreuses opérations, la jeune femme est toujours hospitalisée aujourd'hui et se bat pour reprendre sa vie d'avant.

    Une centaine de lettres de rétablissement tapisse les murs de la chambre d’hôpital d’Aurélie. Parmi elles, une carte « J’aime la vie ».

    Le soir du 13 novembre, Aurélie est criblée de sept balles sur la terrasse du Carillon. Sa mâchoire est démolie. Elle parle encore difficilement mais dit avoir envie de vivre, de remarcher et d’aller mieux. Aurélie : « J’ai envie de vivre, j’ai envie de remarcher, j’ai envie de reparler. J’ai envie d’aller mieux, c’est tout. »

    A-t-elle encore mal ? « Non, ça va », répond-t-elle.

    Une étape

    Malgré sa sonde gastrique, ses bandages et compresses, elle a pu passer Noël au sein de sa famille. Sa joie de vivre et son optimisme bluffent Raphaëlle, sa sœur : « Elle a une sacrée pêche. On a pu discuter. Elle a dansé un petit peu avec nous. Et je ne m’attendais pas à ce que, déjà physiquement, elle puisse avoir cette force. Et elle est vraiment positive. Elle a beaucoup d’humour, je ne l’ai pas sentie abattue du tout. […] Elle a toujours été comme ça et je ne m’inquiète pas du tout pour elle. »

    Aurélie voit ce passage de sa vie comme une étape. Quand pourra-t-elle sortir de l’hôpital ? Elle l’ignore, mais une chose de sûre, elle a hâte de reprendre sa vie d’avant et surtout sa passion, le théâtre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.