GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Aujourd'hui
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Campagne Sarkozy 2012: 4 mises en examen pour de nouvelles dépenses

    media Quatre acteurs de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 ont été mis en examen pour de nouvelles dépenses suspectes. Nicolas Sarkozy, former French president and current UMP conserv

    La campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 est de nouveau dans le viseur des juges. Quatre acteurs de cette campagne ont été mis en examen pour des dépenses supectes, et cette affaire n'a rien à voir avec l'affaire Bygmalion.

     

    Et parmi ces quatre acteurs, il y a le directeur de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 Guillaume Lambert, ainsi que le trésorier, le député Philippe Briand, un avocat et un expert-comptable.

    De nombreuses dépenses réglées par l’UMP, le nom du parti de Nicolas Sarkozy à l’époque sont en cause, des dépenses qui n’auraient pas été intégrées dans les comptes de la campagne : transports en train pour l’organisation et la tenue des meetings, tracts de campagne, T-shirts, aménagement des QG de campagne, sondages et locations de salles.

    Depuis le mois de novembre dernier, on sait que l’enquête sur les comptes de cette campagne de l’ancien chef de l’Etat a pris de l’ampleur. Au départ, cantonnée aux fausses factures émises par la société de communication Bygmalion (plus de 18 millions d'euros), elle s’est élargie sur la base de nouveaux soupçons.

    Soupçons qui semblent se confirmer avec ces quatre mises en examen. Ces dépenses non reportées pourraient atteindre les 13 millions d'euros. Elles vont aussi probablement affaiblir la défense de Nicolas Sarkozy dans cette affaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.