GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    L'enregistrement qui pourrait faire basculer l'affaire Kerviel

    media Jérôme Kerviel en octobre 2015. MIGUEL MEDINA / AFP

    C'est une information qui arrive à point nommé pour Jérôme Kerviel, l'ex-trader accusé, puis condamné, pour avoir fait perdre 4,9 milliards à la Société générale en 2008. Il s’est toujours défendu en affirmant qu'il avait agi avec l'aval de sa direction et ce lundi, alors que s'ouvre l'audience de révision de sa condamnation, nos confrères de Mediapart et de 20 Minutes publient un enregistrement semblant accréditer son point de vue.

    « La Société générale savait, c'est évident ! » Ces mots n'émanent pas de n'importe qui. Ils sortent de la bouche de Chantal Leiris, l'ancienne vice-procureure en charge de l'enquête au sujet des pertes de la banque. Pour elle, la Société générale savait que son trader Jérôme Kerviel jouait gros en bourse, et qu’elle l'a laissé faire.

    Ces paroles ont été prononcées lors d'un entretien privé avec l'ancienne commandante de police à la brigade financière, Nathalie Le Roy qui a enregistré clandestinement cet échange, publié par Mediapart et 20 Minutes.

    Doutes

    La policière fait part depuis plusieurs semaines de ses doutes et de son sentiment d'avoir été instrumentalisée par la Société générale alors qu'elle menait l'enquête.

    Un sentiment que lui confirme la vice-procureure, lui expliquant que son supérieur hiérarchique direct, Michel Maes, le chef du parquet financier, a freiné des quatre fers dans cette enquête, au motif qu'il ne fallait pas mettre en porte-à-faux une banque de l'envergure et de l'importance de la Société générale.

    Ces révélations, qui tendent à montrer que le parquet a tenté de protéger l'établissement bancaire arrivent à point nommé pour Jérôme Kerviel. Deux audiences importantes pour lui ont lieu cette semaine : la première ce lundi pour tenter de faire réviser son procès et la seconde mercredi sur le volet civil de l'affaire. En attendant, Jérôme Kerviel est toujours condamné à trois ans de prison ferme.


    Dernière minute: La commission d'instruction de la Cour de révision se prononcera le 21 mars sur les suites à donner à la demande de révision de Jérôme Kerviel, a indiqué l'un des magistrats de cette institution lundi.

    Lors d'une audience en présence de l'ex-trader, de ses avocats et de ceux de la Société Générale, le ministère public a appelé cette commission à décider le 21 mars d'un sursis à statuer, ce qui repousserait encore toute décision sur un éventuel nouveau procès.

    L'avocat général a requis ce sursis à statuer pour laisser le temps à la justice d'examiner un témoignage-clé apporté par Jérôme Kerviel, celui d'une enquêtrice de la Brigade financière. Cette dernière, Nathalie Le Roy, dit avoir été manipulée par la Société Générale lorqu'elle travaillait sur la perte de 4,9 milliards d'euros annoncée il y a huit ans par la banque, qui en rend Jérôme Kerviel seul responsable. L'ex-trader assure lui que sa hiéréchie connaissait et couvrait ses transactions à haut risque.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.