GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Deux personnes sont décédées dans l'écroulement de leur habitation à Pescara del Tronto, commune qui dépend d'Arquata, dans la région des Marches, voisine de la région frappée par ce tremblement de terre, selon les carabiniers de cette commune cités par la chaîne de télévision publique RAI. Il s'agirait d'un couple de personnes âgées. «Quatre personnes sont sous les décombres, mais elles ne montrent aucun signe de vie. Deux parents et deux enfants», a par ailleurs déclaré le maire de la ville d'Accumoli, Stefano Petrucci, à la RAI.

    Dernières infos
    France

    Cancer: premier bébé né en France après vitrification des ovocytes

    media La naissance d'Elise tient presque du miracle puisque sa mère avait reçu des traitements très toxiques pour ses ovaires afin de soigner un cancer. Gettty Images/Paul Morris

    C’est une jolie petite fille prénommée Elise. Sa naissance en décembre 2015 tient presque du miracle. Sa maman a dû subir en effet des traitements anticancéreux très toxiques pour ses ovaires. Mais c’est grâce à une technique de pointe dite de « vitrification » des ovocytes que cet heureux événement a pu survenir malgré tout.

    La survenue d’un cancer compromet parfois temporairement ou même définitivement la fonction de reproduction des patients. C’est ce qui est arrivé à Céline, une jeune femme habitant la région de Marseille, au sud de la France. Atteinte d’un cancer, elle apprend que la chimiothérapie qu’elle doit recevoir a de fortes chances de la rendre stérile. 

    Préserver la fertilité
     
    Diagnostiquée en janvier 2013 d’un lymphome de Hodgkin, une forme de cancer de la lymphe, on lui propose aussitôt un traitement énergique. A 29 ans, raconte-t-elle, ma première préoccupation comme celle de l’oncologue est de « me sauver la vie ». A ce moment-là, la préservation de la fertilité est laissée au second plan.
     
    C’est en se documentant sur Internet que Céline mesure l’impact que peut avoir la chimiothérapie agressive qu’elle s’apprête à recevoir sur sa fertilité. Elle se met alors en relation avec le réseau régional de cancérologie OncoPaca-Corse qui a mis en place en 2012 une plateforme spécialisée « Fertilité et Cancer ». Céline a dès lors accès à un ensemble de professionnels de la santé tant pour soigner son cancer que pour tout tenter de tout faire pour préserver sa fertilité.
     
    Très rapidement, la jeune femme subit « trois semaines de stimulation hormonale pour amener des ovocytes à maturité », et une ponction qui recueille « quatre ovocytes » afin de multiplier les chances de grossesses futures. Les fécondations in vitro auxquelles elle devra se soumettre plus tard ne réussissant pas toujours à la première tentative.
     
    Prélever et vitrifier les ovocytes
     
    Une fois prélevés, les ovocytes sont « vitrifiés », c’est-à-dire soumis à une congélation ultrarapide et stockés dans de l’azote liquide. Cette technique est autorisée depuis 2011 et, selon OncoPaca-Corse, seuls six enfants sont nés dans le monde après vitrification des ovocytes de la mère « dans le contexte de la préservation de la fertilité pour cancer ».      
     
    Céline entame ensuite à l’hôpital une « chimiothérapie agressive » pendant cinq mois avant d’obtenir une « rémission complète » comme disent les médecins. S’ensuit une période d’attente, le temps pour les oncologues de considérer que la « toxicité de la chimiothérapie est éliminée de son organisme ».
     
    Dès la première tentative de fécondation in vitro, Céline, débarrassée du cancer, est enceinte. La perspective de pouvoir démarrer une grossesse a été pour elle un soutien tout au long de sa maladie, explique-t-elle. « Dès le prélèvement effectué, se souvient-elle, de savoir que cela a été fait, ça enlève une préoccupation ».
     
    D'autres grossesses et naissances à venir
     
    Beaucoup de médecins, mais pas tous, ont intégré l’importance d’aborder la problématique de la fertilité avec leurs patients atteints d’un cancer comme le recommande le « Plan Cancer ». Malgré l’urgence devant laquelle on est placé face au cancer, il faut penser aux prélèvements rapidement, « dans les 48 heures, le jour même, ou le lendemain, ne pas perdre de temps », insiste la Dr Michèle Pibarot du réseau OncoPaca-Corse.
     
    Ces prélèvements peuvent aussi se réaliser chez les enfants, dans leurs tissus germinaux de façon à ce que plus tard, une fois guéris et adultes, ils puissent comme tout un chacun avoir des enfants s’ils le désirent. Dans le sud-est de la France que couvre OncoPaca-Corse, 137 femmes ont bénéficié en 2013 de la technique de la vitrification pour conserver leurs ovocytes. Elles n’étaient que 73 un an auparavant. Cela augure de l’annonce d’autres grossesses et naissances.
     

          

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.