GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Avril
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Europe: le sommet pour un «plan B» se tiendra tous les six mois

    media Le Grec Yanis Varoufakis (dr.) Jean-Luc Melenchon (c.), et l'Allemand Oskar Lafontaine (g.) à la Fête de l'Huma le samedi 12 septembre 2015. AFP PHOTO/JACQUES DEMARTHON

    Initié par des représentants des gauches européennes, un sommet pour un « plan B » en Europe s’est tenu le samedi 23 janvier à Paris. L'objectif est de plancher sur des solutions pour contrer les politiques d'austérité. Economistes et politiques alternatifs se sont réunis pour exposer leurs idées.

    « Face au coup d'Etat financier permanent organisé par l'Union européenne contre les citoyens et leur souveraineté, nous décidons de rendre permanente la "Conférence pour un Plan B en Europe" », écrivent dans un texte le député européen Jean-Luc Mélenchon, l'ancien président du parti allemand Die Linke, Oskar Lafontaine, l'ancienne présidente du Parlement grec Zoe Konstantopoulou et l'ancien ministre des Finances italien, Stefano Massina.

    Ce « sommet du plan B » en Europe se veut donc le premier d'une longue série. Désormais, les partis de la gauche européenne se réuniront tous les six mois. « Pour l’instant, ce n’est pas de construire un parti européen. Au contraire, c’est d’ouvrir à des partis, des personnalités, des économistes, de façon à travailler ensemble concrètement », a expliqué Eric Coquerel, coordinateur du Parti de gauche français.

    « Améliorer la situation en Europe »

    De son côté, l'ancien ministre des Finances allemand, Oskar Lafontaine, souhaiterait voir émerger une coopération accrue entre les partis : « On veut naturellement coopérer avec tous les partis de gauche en Europe. On veut faire une alliance. On a naturellement des points de vue différents. Mais l’idée est de vraiment faire quelque chose pour améliorer la situation en Europe. »

    Cette coopération pourrait toutefois s'avérer compliquée : certains sujets font encore débat, notamment la question d'une éventuelle sortie de la zone euro.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.