GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: des migrants abordent un ferry et bloquent le port de Calais

    media Un policier anti-émeute cherche à interpeller des migrants, non loin de Calais, le 21 janvier 2016. REUTERS/Pascal Rossignol

    Ce samedi 23 janvier au soir, à Calais, à l'issue d'une importante manifestation de soutien aux migrants, 200 ou 300 réfugiés ont passé le cordon de police et sont allés vers le port. Une partie a été refoulée, mais une cinquantaine a réussi à monter sur un navire.

    Les migrants se sont regroupés à l'avant du ferry Spirit of Britain de la compagnie britannique P&O et ils en ont bloqué la passerelle d'accès. Au bout de trois heures, les policiers - ils étaient environ 80 - sont parvenus à fixer une autre passerelle entre le bateau et le quai et à évacuer les réfugiés, principalement des Afghans.

    Vingt-quatre migrants et onze personnes de l'association No Border ont été interpellés et conduits dans les locaux de la police de l'air et des frontières près de Calais. En fouillant le navire, les policiers ont par ailleurs découvert une dizaine de migrants cachés entre des parois du bateau.

    Le président du port de Calais a réclamé la tenue d'une réunion de crise, alors que les soutiens des migrants s'indignent des conditions de vie insupportables dans la « jungle » de Calais, le plus grand bidonville de France. De nombreux représentants politiques de gauche élèvent aussi leur voix. « Ces conditions sont une honte » a également affirmé le chef de l'opposition britannique, le travailliste Jeremy Corbyn. « La Grande-Bretagne doit faire davantage pour résoudre le problème », a-t'il ajouté.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.