GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le journaliste et essayiste Jean Boissonnat est mort ce dimanche à Paris à l'âge de 87 ans, a indiqué son entourage à l'AFP
    • Les Suisses disent massivement «oui» à une loi sur le renseignement qui autorise surveillance téléphonique et sur internet
    • Irak: 6 personnes tuées et 18 blessées quand un homme a fait exploser sa ceinture d'explosifs dans l'ouest de Bagdad
    • Décès à 71 ans de Joseph Sitruk, l'ancien grand rabbin de France (entourage)
    • François Hollande «reconnaît la responsabilité des gouvernements français dans l'abandon des harkis» d'Algérie
    Afrique

    France: le documentaire «Salafistes» interdit aux moins de 18 ans

    media Islamistes radicaux arrêtés par les soldats français et maliens en 2013 dans la région de Tombouctou. Le documentaire «Salafistes» débute dans cette région. REUTERS/Joe Penney

    Le documentaire « Salafistes » qui sort en salles ce mercredi en France suscite remous et polémiques. Il sera d'ailleurs interdit aux moins de 18 ans, a indiqué le ministère de la Culture. Réalisé par Lemine Ould Salem et François Margolin, ce film plonge au coeur du salafisme et donne à entendre ses discours les plus radicaux. Les auteurs ont fait le choix de ne pas commenter ces propos et de ne pas les mettre en persective, ce qui suscite de vives critiques. Ils se sont cependant engagés à supprimer certaines scènes qui apparaissaient dans le film, comme l'assassinat du policier Ahmed Merabet lors de l'attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015.

    Nous n'avons pas été jugés sur des critères objectifs (...) nous avons été jugés sur des critères idéologiques et politiques
    Lémine Ould Salem, co-réalisateur 27/01/2016 - par Olivier Rogez Écouter

    Pas de commentaires, pas de voix off, mais des images souvent insoutenables et des propos extrémistes. Salafistes fait le choix de montrer les islamistes radicaux tels qu'il sont. Le documentaire débute au Mali dans les villes de Gao et Tombouctou durant l'occupation jihadiste de 2012. On y suit la police islamique et on assiste aux préparatifs d'une décapitation puis l'on s'assied à l'hôpital, à côté d'un jeune plombier tout juste amputé pour vol, sous l'oeil de son bourreau.

    Loghorrée glaçante

    La deuxième partie du documentaire donne la parole à des prédicateurs mauritaniens. Une loghorrée glaçante sur la démocratie, jugée incompatible avec l'islam, où les juifs sont considérés comme des ennemis. Ces prédicateurs défendent l'indéfendable, comme les crimes terroristes de Mohamed Merah à Toulouse en 2012.

    « Ce que Mohamed Merah a fait au coeur de la France, clame ce jihadiste dans le film, sert la cause des musulmans. Son action a un fondement islamique légitime. Car la France et ses soldats combattent les musulmans ».

    Un sujet qui divise

    Nous avons choisi de montrer des images « qu'on ne veut pas voir », des propos « qu'on ne veut pas entendre », disent en exergue les auteurs. Lemine Ould Salem et François Margolin se réfugient derrière l'intelligence du spectateur qui « saura, disent-ils, faire la différence ». Mais il n'est pas certain que ce pari soit le bon sur un thème aussi clivant et aussi sensible.

    « Compte tenu du parti pris de diffuser sans commentaires des scènes et des discours d'une extrême violence, j'ai décidé de suivre l'avis de la commission (de classification des oeuvres cinématographiques) » pour une interdiction aux moins de 18 ans, a indiqué Fleur Pellerin, la ministre de la Culture dans un communiqué. Le film, qui est programmé en salles ce mercredi 27 janvier, sera accompagné d'un avertissement.
     

    Lire aussi : «Salafistes», un documentaire-choc qui fait débat au Fipa
    ► Lire aussi : Entre violence et propagande, comment filmer le jihadisme ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.