GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Christiane Taubira: bilan en demi-teinte de quatre années à la Justice

    media En quittant le gouvernement, Christiane Taubira laisse en suspens un projet ambitieux: la refonte de la justice pour mineurs. Reuters/Charles Platiau

    Devenue icône du gouvernement après l’adoption du mariage pour tous, Christiane Taubira a ensuite essuyé les critiques avec sa réforme pénale. En quittant le gouvernement Valls ce mercredi 27 janvier 2016, l’ancienne garde des Sceaux laisse derrière elle un bilan en demi-teinte.

    De la colère et des larmes. En 2013, le combat mené par Christiane Taubira pour l’adoption de la loi sur le mariage pour tous la hisse au rang d’icône. Dans son discours d’ouverture des débats à l’Assemblée nationale, l’ancienne garde des Sceaux cite le poète Léon Gontran-Damas : « L’acte que nous allons accomplir est beau comme une rose dont la tour Eiffel assiégée à l’aube voit s’épanouir enfin les pétales […] ».

    Christiane Taubira quitte la tribune sous les applaudissements d’une partie des députés. Après 172 heures de débats et un fou rire de la ministre, le texte est finalement adopté le 23 avril 2013. Devant l’Hémicycle, Christiane Taubira s’avoue « submergée par l’émotion ».

    Le 12 février 2013, la ministre est applaudie par les députés à l'Assemblée nationale. REUTERS/Charles Platiau

    La réforme pénale amoindrie

    Quelques mois après l’adoption du mariage pour tous, Christiane Taubira essuie un sérieux revers. Son grand projet de réforme pénale est torpillé par Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur. Dans une lettre adressée à François Hollande, le futur Premier ministre fustige le projet de sa collègue ministre de la Justice : « J'attire votre attention sur les désaccords mis en lumière par le travail interministériel qui s'est engagé récemment autour du projet de réforme pénale présenté par le ministère de la Justice. La quasi-totalité des dispositions de ce texte a fait l'objet de discussions, voire d'oppositions du ministère de l'Intérieur ».

    Le texte est finalement allégé mais garde certaines mesures phares. La suppression des « peines plancher » pour les récidivistes, promises par François Hollande pendant la campagne présidentielle, est maintenue. La contrainte pénale, nouvelle sanction purgée en dehors des prisons pour les auteurs de délits est créée. Taxée de « laxisme » par la droite, la réforme pénale est finalement adoptée en juillet 2014.

    Colère des personnels juridiques

    Durant ses quatre années à la tête du ministère de la Justice, Christiane Taubira a fait face à une série de grèves de la part d’une partie des personnels juridiques. En 2014, la réforme des professions réglementées provoquait la colère des huissiers et des notaires.

    En octobre 2015, 3 000 agents de l’administration pénitentiaire défilaient pour protester contre les conditions de travail, les sous-effectifs ou encore l’insécurité. Au même moment le Conseil national des barreaux votait à l’unanimité la grève générale des avocats après deux semaines de grève de l’aide juridictionnelle.

    En quittant le gouvernement, Christiane Taubira laisse toutefois en suspens un projet ambitieux. La refonte de la justice pour mineurs, lancée il y a un an, n’est toujours pas inscrit à l’ordre du jour du Conseil des ministres.

    Des avocats manifestent devant le palais de justice de Paris, le 16 octobre 2015. AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.