GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Aujourd'hui
Jeudi 1 Septembre
Vendredi 2 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Armes chimiques: pas de «preuve matérielle» dans le rapport de l'ONU (ambassadeur syrien)
    • Attaques chimiques en Syrie: Londres et Paris réclament des sanctions de l'ONU contre Damas
    France

    Alain Finkielkraut est entré à l’Académie française

    media Alain Finkielkraut lors de son discours d'intronisation à l’Académie française, prononcé debout au milieu des académiciens, le 28 janvier 2016. JACQUES DEMARTHON / AFP

    C'est donc ce jeudi 28 janvier que le philosophe et essayiste Alain Finkielkraut a fait son entrée à l'Académie française. Après une élection tendue en 2014, le penseur, âgé de 66 ans, qui a beaucoup de détracteurs, a donc été reçu sous la Coupole. Comme il se doit, il a tenu un discours devant ses pairs et en présence du Premier ministre Manuel Valls.

    « C'était une belle séance », a dit Jean d'Ormesson, autre « immortel  », à la sortie de la réception où il n'y a eu aucun sifflement. Ceux qui avaient désavoué cette élection ne se sont pas manifestés, mais en revanche beaucoup d'applaudissements se sont fait entendre au terme des cinquante minutes du discours d'Alain Finkielkraut.

    L'éloge de son prédécesseur Félicien Marceau

    En préambule, il a dédié son intronisation à ses parents juifs polonais, et très vite le silence a été complet quand le nouvel académicien a fait l'éloge de son prédécesseur Félicien Marceau. Après la Seconde Guerre mondiale, le dramaturge belge avait été condamné pour collaboration.

    Forcément, l'exercice était délicat, comme le confirme Alain Finkielkraut après coup : « C’est un sentiment de soulagement. Cette séance est derrière moi. J’étais très intimidé. Aujourd’hui, face à une nouvelle élite de plus en plus arrogante, je crois, le lieu de l’Académie, avec son respect de ses usages et son amour de la belle langue, incarne un peu la résistance de la civilisation. Et c’est dans cet esprit aussi que je suis heureux de rejoindre cette compagnie. »

    Alain Finkielkraut et la surmédiatisation

    Finalement, la malveillance s'est éteinte d'elle-même. Les remerciements ont été plutôt modérés. C'est le discours d'accueil de Pierre Nora qui a paru plus audacieux, car, à plusieurs reprises, ce dernier n'a pas hésité à souligner la surmédiatisation d'Alain Finkielkraut, qui provoque souvent des polémiques. Mais aujourd'hui, l'heure était à la sérénité, à l'image de la vache normande gravée sur l'épée du nouvel académicien.

    ► Ecouter aussi : Alain Finkielkraut, l'invité de l’émission Idées, sur son livre L’identité malheureuse

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.