GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Manuel Valls défend la déchéance de nationalité et règle ses comptes

    media Le Premier ministre Manuel Valls, lors de ses voeux à la presse, le 28 janvier 2016. ALAIN JOCARD / AFP

    Le Premier ministre Manuel Valls a évoqué la question de la déchéance de la nationalité lors de ses voeux à la presse, ce jeudi 28 janvier, où il a aussi réglé quelques comptes.

    Manuel Valls le répète depuis des mois : il faut être à la hauteur des événements dramatiques qui ont frappé la France et se rassembler sur les sujets importants. Et à l'entendre, l'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution avait cet objectif. « Le président de la République a créé les conditions qui n'étaient pas évidentes par son discours et par la révision constitutionnelle d'imposer cette union. »

    Une amorce d'explication du contexte d'une décision controversée qui a conduit à la démission de Christiane Taubira qui a tweeté « résister c'est parfois partir » et à laquelle Manuel Valls donne un semblant de réponse : « Il y a toujours la tentation de fuir ses responsabilités et résister aujourd'hui, ce n'est pas faire des discours, c'est se confronter à la réalité du pays », a martelé le Premier ministre.

    « Il faut mettre de côté parfois un certain narcissisme, un certain égocentrisme, ça nous arrive à tous, pour se concentrer essentiellement à l'intérêt général », a par ailleurs déclaré Manuel Valls. L'intérêt général : la seule préoccupation affichée par le chef du gouvernement qui a clamé : « Moi, je suis réformiste, libéral, social, de gauche. Et je suis français et républicain d'abord parce qu'au fond peu importent les étiquettes. » Manuel Valls a donc juste oublié « socialiste ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.