GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Initiative de paix: Netanyahu «essaie de gagner du temps» avec sa contre-proposition (Hamdallah)
    • BNP Paribas fermerait ses structures dans les Iles Caïman (Attac)
    • En Ukraine, sept soldats ukrainiens ont été tués ces dernières 24 heures, le plus lourd bilan en 2016 (officiel)
    • Turquie: le porte-parole du parti AKP devient ministre des Affaires européennes
    • Philippe Martinez (CGT) : Manuel Valls «joue un jeu dangereux» en tentant «d'opposer la CGT aux citoyens»
    • Manuel Valls: «La CGT est dans une impasse»
    • En Iran, l'ayatollah ultraconservateur Ahmad Jannati a été élu chef de l'Assemblée des experts (télévision)
    • Manuel Valls: «Il n'y aura pas de retrait» du projet de loi Travail
    • Blocage des raffineries: «D'autres sites seront libérés», promet Manuel Valls
    • A Hanoï au Vietnam, Barack Obama défend la liberté d'expression, «valeur universelle»
    • Birmanie: au moins onze morts dans un glissement de terrain, plusieurs disparus (autorités locales)
    France

    France: manifestation des opposants à l'état d'urgence

    media Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Paris entre la Place de la Républque et le Palais-Royal à l'appel des collectifs «Nous ne céderons pas» et «Stop l'état d'urgence», le 30 janvier 2016. PHILIPPE HUGUEN / AFP

    C'est une première depuis l'instauration de l'état d'urgence en France : quelques milliers d'opposants à ce régime d'exception ont manifesté ce samedi 30 janvier dans les rues de plusieurs dizaines de villes françaises. À Paris, 5 500 personnes selon la préfecture de police, 20 000 selon les organisateurs, ont bravé la pluie entre la place de la République et le Palais-Royal.

    Au cri de slogans tels : « état d'urgence, état policier », des milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris et dans toute la France pour dénoncer le projet de déchéance de nationalité et l'état d'urgence, qui devrait être prolongé. Instauré après les attentats du 13 novembre, l'état d'urgence a déjà été prolongé 3 mois, jusqu'au 26 février et le gouvernement s'apprête une nouvelle fois à le prolonger pour trois mois supplémentaires.

    Elles répondaient à l'appel lancé dans près de 70 villes en France par deux collectifs - « Nous ne céderons pas » et « Stop état d'urgence » - qui regroupent entre autres des syndicats (CGT, FSU, Syndicat de la magistrature), des associations (Attac, Droit au logement, Droits devant, MRAP) et des organisations de défense des droits de l'homme (FIDH).

    Reportage lors de la manifestation contre l'état d'urgence 30/01/2016 - par Alice Pozycki Écouter

    Alors à Paris, le cortège a démarré en début d'après-midi place de la République direction le Palais-Royal où se trouve notamment le Conseil d'État, lieu symbolique pour les opposants à l'état d'urgence.

    En effet, il y a une dizaine de jours, la Ligue des droits de l'homme avait saisi le Conseil d'État pour demander la suspension de tout ou partie de l'état d'urgence. Une requête finalement refusée par la haute juridiction.

    Mais malgré la décision du Conseil d'État, trois mesures restent dans le collimateur de la LDH. Elle les considère comme liberticides : les perquisitions administratives, qui ne sont pas soumises à l'autorisation d'un juge judiciaire ; l'assignation à résidence ; et puis l'interdiction de réunion prise par arrêté préfectoral. Cela avait été le cas par exemple des manifestations prévues pendant la COP21.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.