GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: vers une dégressivité des allocations chômage?

    media Le gouvernement relance le débat sur la dégressivité des allocations chômage. REUTERS/Charles Platiau/Files

    Doit-on réduire la durée des allocations chômage pour favoriser un retour à l’emploi et, surtout, réduire la dette abyssale de l’assurance chômage ? La question est à nouveau posée par le gouvernement français et soumise à négociations entre les syndicats des salariés et le patronat. Un débat houleux s’annonce.

    Le débat sur la dégressivité des indemnités chômage est relancé, deux semaines avant de nouvelles négociations à ce sujet entre les syndicats de salariés et le patronat.

    Pourtant, l’expérience montre qu’une telle mesure n’est pas efficace. Elle a été introduite par le gouvernement de droite entre 1992 et 2001 sans favoriser les embauches, selon l’Insee, puis abandonnée.

    François Hollande ouvre le bal

    Néanmoins, le feu vert a été donné à la mi-janvier par le président de la République au travers de cette petite phrase lourde de sens : « La durée d’indemnisation (en France) est la plus longue d’Europe. »

    Aujourd’hui, 2,7 millions de chômeurs sont indemnisés en France, sur une durée maximale de trois ans pour les plus de 50 ans.

    Changement de ton pour le gouvernement

    C’est un revirement. Début 2014, l’Elysée et Matignon avaient demandé à l’Unedic, l’organisme qui gère l’assurance chômage, de ne pas toucher aux droits des chômeurs.

    C’est aussi un aveu d’échec. Avec près de cinq millions et demi de chômeurs en France, l’inversion de la courbe du chômage, le grand chantier de François Hollande, semble de plus en plus inaccessible.

    Malgré quelques économies, le déficit de l’Unedic s’est creusé à raison de trois à quatre milliards d’euros de pertes par an. La dette cumulée avoisine aujourd’hui les 26 milliards d’euros, un record. Cette année elle va continuer à grimper, pour atteindre 30 milliards d’euros, voire 35 milliards d’euros en 2018.

    En ce moment, cette dette est financée à bas coût parce que les taux d’intérêt sont faibles. L’Etat apporte sa garantie sur les marchés financiers, mais le pays est dans le collimateur de Bruxelles. Il doit réduire ses dépenses.

    Pistes pour atteindre l’équilibre

    Le gouvernement a lancé plusieurs pistes pour atteindre l’équilibre à moyen terme. Par exemple, diminuer de 100 jours la durée maximale d’indemnisation pour tous les allocataires. Cela permettrait d’économiser 1 milliard d’euros. L’effort concerne plus de 400 000 personnes. Chacune perdrait 2 600 euros par an.

    Autre idée : jusqu’à présent un jour indemnisé est égal à un jour cotisé. L’Etat envisage de baisser ce ratio (passer à un ratio de 0,9 jour indemnisé pour un jour cotisé, au lieu de 1 = 1), un calcul qui permettrait de gagner 900 millions d’euros.

    Discussions houleuses

    L’actuelle convention de l’Unedic arrive à échéance le 1er juillet. Les discussions entre les partenaires sociaux s’annoncent très tendues. Si le patronat est historiquement favorable à la dégressivité des indemnités, les syndicats s’y opposent fermement

    Pour la CFDT, cette logique budgétaire du gouvernement ne fait aucun cas « des conséquences sociales ». Pire, « elle laisse à penser que les gens au chômage ne veulent pas retravailler. C’est insupportable », a déclaré le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.