GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Déchéance de la nationalité: comment Hollande peut-il s’en sortir?

    media Devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles le 16 novembre 2015, le chef de l’Etat a annoncé qu’il souhaitait élargir les critères de déchéance de nationalité pour inclure les binationaux nés français qui se seraient radicalisés. REUTERS/Michel Euler/Pool

    François Hollande s'est-il mis lui-même dans un bourbier politique en proposant, après les attentats du 13 novembre dernier, d'inscrire la déchéance de nationalité dans la Constitution ? Alors que le débat sur le projet de loi constitutionnelle commence ce vendredi à l'Assemblée nationale, le flou persiste sur la capacité du gouvernement à faire adopter ce texte.

    « François Hollande a-t-il péché par gourmandise », comme le croit un dirigeant socialiste ? En proposant d'inscrire la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux dans la Constitution, le chef de l'Etat a-t-il sous-estimé les conséquences d'une proposition qui a pris la gauche à rebrousse-poil ? A-t-il surtout mal évalué sa capacité à contraindre la droite à soutenir cette initiative au nom de l'unité nationale ? Sans envisager qu'elle hésiterait à lui offrir une victoire politique ?

    Ces questions se posent, car après presque trois mois de débats âpres sur la formulation du texte, à gauche, mais aussi à droite, aucune majorité ne semble acquise pour le voter.

    A tel point qu'une proche du président de la République concédait il y a peu : « J'ai tendance à penser que pour l'instant ça ne passe pas ». Un ministre rajoute même : « Il peut ne pas y avoir de Congrès ».

    Autrement dit, pour ne pas prendre le risque d'un vote défavorable, François Hollande pourrait renoncer au dernier moment à convoquer les parlementaires à Versailles. Un revers qui ne serait pas sans conséquence pour le chef de l'Etat qui espérait, après les attentats, capitaliser sur son image de protecteur et de rassembleur. François Hollande serait décrédibilisé et fragilisé à un an et demi de la présidentielle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.