GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Etat d’urgence: le Défenseur des droits voit affluer les réclamations

    media Jacques Toubon, Défenseur des droits. AFP/Berrand Langlois

    Jacques Toubon, le Défenseur des droits, publie ce jeudi le rapport annuel d’activité de son institution. Et le constat de cette autorité indépendante qui veille en France à la protection des libertés et au respect de l’égalité est bien sévère.

    Les services du Défenseur des droits ont traité en 2015 près de 80 000 dossiers, 8% de plus qu’en 2014. Jacques Toubon s’inquiète tout particulièrement des réclamations concernant l’état d’urgence qui affluent sur son bureau depuis trois mois. Dix-huit de ces plaintes concernaient des perquisitions, onze des assignations à résidence.

    Des « dommages collatéraux » de l’état d’urgence ont été également constatés : une femme voilée s’est vu refuser l’accès à un collège, une autre à un commissariat, des hommes ont été licenciés pour port de barbe.

    Une assistance aux migrants insuffisante

    A côté des craintes liées aux restrictions consécutives à l’état d’urgence, le Défenseur des droits pointe aussi des insuffisances de l’accompagnement social, sanitaire et scolaire des migrants, accompagnement prévu pourtant dans les textes de lois.

    Son rapport dénonce par ailleurs des contrôles de police souvent arbitraires, des cas de discrimination de personnes handicapées ou des refus récurrents d’inscriptions dans les cantines d’enfants dont les parents sont au chômage. Autant d’humiliations personnelles et de graves entorses aux principes d’égalité.


     ■ Amnesty dénonce les dérives de l'état d'urgence

    Plus de 3 242 perquisitions et plus de 400 assignations à résidences imposées : près de trois mois après la déclaration de l'état d'urgence et à la veille du débat parlementaire sur l'inscription de ce dispositif dans la Constitution, Amnesty International en dénonce, dans son rapport rendu public ce jeudi. Des dérives qui selon l'ONG bafouent les libertés et les droits humains.

    Quand il y a des perquisitions qui se passent de nuit, avec beaucoup de violences, avec des hommes armés [et] que dans les maisons, il y a des enfants, des personnes âgées, [ceux-ci] peuvent en sortir totalement traumatisés.
    Geneviève Garrigos Présidente d'Amnesty International France 04/02/2016 - par Sylvie Koffi Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.