GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Cazeneuve plaide pour la montée en puissance des «hotspots»

    media Bernard Cazeneuve lors de sa visite du «hotspot» de l'île de Lesbos, en Grève, le 4 février 2016. STR / AFP

    Bernard Cazeneuve est en déplacement en Grèce et en Turquie durant trois jours pour parler de la crise migratoire. Jeudi 4 février, le ministre de l’Intérieur était en visite sur l’île de Lesbos, la principale porte d’entrée illégale en Europe. Bernard Cazeneuve en a profité pour se rendre dans le « hotspot » de l’île, un centre d’accueil et d’identification des migrants ouvert par l’UE en novembre dernier.

    Avec notre envoyé spécial à Lesbos, Guilhem Delteil

    Bernard Cazeneuve voulait découvrir le fonctionnement du « hotspot » de l’île de Lesbos, l’une des pièces maîtresses de la politique migratoire que tente de mettre en place l’Union européenne. Ici, les arrivants doivent être identifiés afin de déterminer s’ils peuvent prétendre ou non à l’asile en Europe.

    Cependant, la découverte de l’île par Bernard Cazeneuve a été très théorique. S’il y a habituellement plus de 1 000 arrivées par jour à Lesbos, il n’y en a eu aucune lors de sa visite. La météo explique probablement en grande partie cette situation. Le temps était couvert, la mer agitée et le vent de face. Il s’agissait donc de conditions de traversée dangereuses pour d’éventuels bateaux venant de Turquie.

    Pourtant, certains à Lesbos s’en sont tout de même étonnés et se demandent si les Turcs n’auraient pas renforcé leurs contrôles sur les plages de départ en raison de cette visite ministérielle ? En effet, il est extrêmement rare qu’aucun bateau n’arrive sur l’île durant une journée.

    Objectif : renforcer l’efficacité des « hotspots »

    Pour Bernard Cazeneuve, il faut « une montée en puissance » de tous les « hotspots » qui ont été mis en place. Aujourd’hui, le passage par ces « hotspots » n’est pas obligatoire, l’enregistrement y est rapidement mené et les contrôles d’identité ne sont pas toujours très stricts. Bernard Cazeneuve appelle donc à renforcer l’efficacité de ces infrastructures.

    Mais le ministre français de l’Intérieur n’a pas voulu accabler les Grecs. Il était là pour afficher la solidarité de la France avec la Grèce. « Si la France est déterminée à aider la Grèce, il faut que la Grèce nous laisse les aider» a-t-il expliqué.

    Bernard Cazeneuve sera rejoint ce vendredi 5 février par son homologue allemand, Thomas de Maizière pour une réunion tripartite franco-greco-allemande à Athènes sur cette crise migratoire. Il se rendra ensuite à Ankara pour un entretien sur le sujet avec son homologue turc Efkan Ala.

    Bernard Cazeneuve en visite sur l'île de Lesbos 05/02/2016 - par Guilhem Delteil Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.