GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Mobilisation contre la condamnation des salariés de Goodyear

    media Des milliers de manifestants se sont mobilisés jeudi 4 février à Paris pour demander la relaxe des huit ex-salariés de Goodyear. DOMINIQUE FAGET / AFP

    A l’appel de la CGT, plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés jeudi 4 février à la mi-journée à Paris pour réclamer la relaxe des huit ex-salariés de l’usine Goodyear à Amiens. Ils ont été condamnés à 9 mois de prison ferme pour avoir séquestré deux cadres en 2014 après six ans de dur conflit social pour la sauvegarde de l’emploi.

    « Relâchez nos camarades », « les syndicalistes sont réprimés, méprisés, stop ». Voici les slogans scandés jeudi 4 février par plusieurs milliers de militants venus dans les rues de Paris pour demander la relaxe des huit ex-salariés de Goodyear condamnés à une peine de prison ferme et, plus généralement, l'arrêt de la « répression syndicale ».

    « Je ne m’attendais pas à prendre 9 mois, seulement du sursis, lâche Mickaël Mallet, l'un des salariés condamnés. Mais 9 mois fermes, c’est quand même énorme ! Aujourd’hui, c’était un appel lancé à la population, clairement… Et je pense que le gouvernement se rend compte qu’en fait, cette condamnation, elle leur fait plus de mal que de bien ».

    « Chaud au coeur »

    « On s’attaque au code du travail, on s’attaque à Pôle emploi, on s’attaque au chômage etc. Des manifestations comme aujourd’hui, je pense qu’il en faudra encore quelques-unes pour bien faire prendre conscience au gouvernement qu’ils n’ont pas encore gagné, assure Reynald Jurek, qui fait aussi partie des condamnés. Franchement ça fait chaud au cœur de voir la mobilisation d’aujourd’hui ».

    D'autres rassemblements ont eu lieu à Strasbourg, Poitiers, Evreux, Saint-Etienne, Roanne, et Perpignan où ils étaient 200 à dénoncer un « verdict scandaleusement disproportionné ». Les huit condamnés sont pour l’instant libres dans l’attente de leur appel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.