GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Privé de débat, Nicolas Sarkozy répond aux Français

    media Nicolas Sarkozy était l'invité de David Pujadas, jeudi 4 février, dans l'émission «Des paroles et des actes sur France 2». KENZO TRIBOUILLARD / AFP

    A huit mois de la primaire de droite, Nicolas Sarkozy, toujours distancé dans les sondages par son rival Alain Juppé, poursuit son offensive médiatique. Invité jeudi 4 février, sur la télévision France 2, dans l’émission Des paroles et des actes, l’ex-président a répondu aux questions d’un panel de Français après avoir critiqué l'absence de contradicteurs politiques pour participer à l'émission et notamment, des ministres du gouvernement qui ont refusé de débattre avec lui.

    « Puisque des consignes ont été données pour qu’aucun responsable gouvernemental vienne débattre avec moi, j’aurai plaisir à m’adresser aux Français » a lancé Nicolas Sarkozy à son auditoire dès le début de l’émission Des paroles et des actes, jeudi 4 février.

    S’il n’avait pas de contradicteurs, le panel de Français présents sur le plateau de France 2 n’aura pas été tendre avec l’ex-président. Nicolas Sarkozy a encaissé sans broncher les critiques d’un syndicaliste de la CGT, d’un patron juppéiste ou bien encore d’un militant Front national (FN), ne lâchant ses coups que contre ses futurs adversaires à la présidentielle, à commencer par le président François Hollande et son échec sur le front du chômage. « L’année dernière, l’Espagne a créé 500 000 emplois, l’Italie a créé 240 000 emplois et l’Allemagne en a créé 114 000. Nous, nous avons eu 250 000 chômeurs de plus » a lâché l’ex-président.

    Nicolas Sarkozy n’a pas non plus hésité à s’attaquer à Marine Le Pen qui n’a d’autre projet que « d’éructer et de dénoncer les autres » a-t-il déclaré, décochant également ses flèches contre son rival Alain Juppé, toujours en tête des sondages.

    « Energie à revendre »

    Nicolas Sarkozy affirme avoir de « l’énergie à revendre », « avoir 18 ans dans sa tête » et « la volonté de sauver la France avec notamment une baisse massive des impôts ».

    « J’ai essayé d’être le plus sincère possible, de donner le plus que je pouvais, alors après monsieur, ça marche ou ça ne marche pas, c’est autre chose. Mais moi, j’ai tout donné ce soir, comme j’ai tout donné pendant cinq ans » a clamé l’ex président.

    Après deux heures trente d’émission, 63% des Français disent n’être toujours pas convaincus. Pour Nicolas Sarkozy, la reconquête s’annonce toujours extrêmement difficile.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.