Réécouter
Ecouter Paris, écouter les villes du monde
Ecouter Bobo-Dioulasso avec les enfants
Ecouter les villes du monde
 
GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Real Madrid remporte sa 11e Ligue des champions en battant l'Atlético Madrid aux tirs au but (1-1 après prolongation)
    France

    Réuni en séminaire, le FN s’affiche en parti rassemblé

    media La présidente du Front national Marine Le Pen, ici le 13 décembre 2015 à l'issue du second tour des régionales. REUTERS/Pascal Rossignol

    Le Front national était en séminaire ce week-end dans une petite commune d'Ile-de-France pour se préparer à 2017. Comme attendu, la ligne économique du parti a été au centre des débats.

    Il y a eu des désaccords, quelques échanges vifs, mais visiblement pas d’affrontements directs entre les tenants de la ligne étatiste, emmenés par Florian Philippot, et ceux plus libéraux, soutenus par Marion Maréchal Le Pen. « Personne n’a remis en cause la sortie de l’euro, c’est l’alpha du programme », a expliqué hors micro une des personnalités extérieures au parti, invité samedi à s’exprimer sur le sujet.

    A l’issue de ses travaux, le Front national a d’ailleurs réaffirmé son attachement à la souveraineté économique et monétaire de la France. A en croire Nicolas Bay, le secrétaire général du parti, le FN propose désormais de « sortir de cette monnaie unique en la faisant évoluer vers une monnaie commune ». Seule évolution en matière économique, la formation d'extrême droite envisage d’intensifier son soutien aux petites et moyennes entreprises pour tenter de séduire une partie de l’électorat de droite.

    Sur l’autre sujet attendu, le changement de nom du parti, là non plus il n’y a pas eu de révolution. La formation d’extrême droite ne changera pas de patronyme d’ici la présidentielle de 2017, contrairement à ce que souhaitait le maire de Béziers Robert Ménard.

    Ce week-end, le FN a surtout décidé de mettre l’accent sur certaines thématiques, comme la justice fiscale et la santé. Des thèmes sur lesquels on l’entend peu traditionnellement. Au final, pas de grand changement. L’objectif n’était pas là. Le but de ce week-end d’introspection collective était surtout de donner l’image d’un parti rassemblé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.