GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Départ de Laurent Fabius du Quai d’Orsay: un bilan en demi-teinte

    media En sortant de l'Elysée ce mercredi 10 février 2016, Laurent Fabius Fabius annonce à la presse qu'il a participé à son dernier Conseil des ministres. REUTERS/Jacky Naegelen

    Depuis plusieurs jours, la rumeur donnait Laurent Fabius partant du gouvernement. Le chef de la diplomatie française a confirmé son départ ce mercredi 10 février à l'issue du Conseil des ministres. Un communiqué de l'Elysée a annoncé que François Hollande envisageait  la nomination de Laurent Fabius, 69 ans, à la présidence du Conseil constitutionnel, et ce alors qu'on attend toujours l'annonce d'un remaniement ministériel. Laurent Fabius laisse un bilan en demi-teinte au Quai d'Orsay.

    Cela s’est passé très simplement. Visiblement détendu, Laurent Fabius traversait la cour de l’Elysée, quand il fut interrogé à la volée : « Est-ce votre dernier Conseil des ministres ? » Et le ministre français des Affaires étrangères de répondre d'un très bref « oui », avant de s'engouffrer dans sa voiture.

    L’Elysée, dans un communiqué, a annoncé que François Hollande envisageait la nomination de Laurent Fabius, 69 ans, à la présidence du Conseil constitutionnel. C’est donc le coup d’envoi du remaniement. Et cela ne devrait pas se limiter simplement à la succession au Quai d’Orsay.

    François Hollande chercherait à élargir son assise politique. Le patron du groupe PS à l’Assemblé nationale parlait ce mercredi 10 février de l’arrivée d’écologistes et d’autres personnalités. Alors, y aura-t-il un grand chamboule-tout ?

    En tout cas, sur le gravier de la cour de l’Elysée, les sourires crispés des ministres étaient nombreux, dont celui de Ségolène Royal qui, on le sait, rêve des Affaires étrangères. La fenêtre de tir pour un remaniement s’ouvre en fin d’après-midi après le vote solennel à l’Assemblée nationale sur la révision constitutionnelle.

    Retour sur les succès diplomatiques et les ratés

    Laurent Fabius aura passé près de quatre ans au Quai d’Orsay, pour un bilan mitigé. S'il est un sujet qui fait l'unanimité, c'est la réussite de la COP21, la conférence sur le réchauffement climatique qui s'est tenue à Paris en décembre dernier.

    Obtenir le consensus de 195 pays sur un texte les engageant sur la voie d'une réduction des gaz à effet de serre, le pari n'était pas gagné d'avance. Laurent Fabius a déployé, pour ce faire, une énergie et un savoir-faire incontestables.

    Ce volontarisme a également permis à l'ancien Premier ministre de François Mitterrand d'accroître le périmètre de son ministère, désormais étendu au Tourisme et à tout ce qui a trait à la diplomatie économique.

    Mais sur les grands enjeux internationaux, notamment au Moyen-Orient, les résultats sont mitigés. Le soutien de la France aux opposants de Bachar el-Assad ne s'est pas concrétisé, loin s'en faut. L'émergence de l'organisation Etat islamique s'est imposée à l'agenda.

    Convaincu de la nécessité du départ du président syrien, Laurent Fabius a cessé d'en faire un préalable. Le groupe Etat islamique est devenu « cible prioritaire », jusqu'en Libye. L'action de la France s'est aussi déployée en Afrique ces dernières années. Mais c'est le ministère de la Défense qui a occupé le devant de la scène, en particulier dans la bande sahélo-saharienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.