GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Janvier
Samedi 21 Janvier
Dimanche 22 Janvier
Lundi 23 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 25 Janvier
Jeudi 26 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Mer de Chine: Pékin se déclare «résolu à défendre ses droits» (ministère)
    • Le président Ramzan Kadyrov a confirmé la présence de soldats tchétchènes en Syrie
    • Cinéma: le réalisateur Roman Polanski annonce renoncer à présider les César (avocat)
    • Primaire à gauche: un «trucage de masse» pour Jean-Luc Mélenchon (France 2)
    • Crise en RDC: l'opposant historique Tshisekedi quitte Kinshasa pour Bruxelles sur recommandation médicale
    France

    Migrants: la «jungle» de Calais bientôt réduite de moitié

    media Les autorités vont faire évacuer la partie sud de la «jungle» de Calais. REUTERS/Yves Herman

    La moitié des migrants qui vivent actuellement dans la jungle de Calais, dans le nord de la France, va devoir quitter les lieux d'ici une semaine. Après cela, toute la partie sud du camp sera rasée. C'est ce qu'a annoncé la préfète du Pas-de-Calais. Cette décision concerne environ un millier de personnes. Une décision prise car selon la préfète deux abris sur trois ne sont plus habités dans cette zone. Elle précise que les migrants expulsés pourront être hébergés dans des centres d'accueil.

    Environ 4000 migrants vivent actuellement sur cette lande, située à l'écart du centre ville de Calais. Ce vendredi 12 février, la préfète du Pas-de-Calais a annoncé vouloir réduire de moitié cette population. Les migrants ont une semaine pour quitter la jungle.

    J'ai rencontré les associations en leur demandant de m'apporter leur aide car ils ont un rapport de proximité avec les migrants et je leur ai demandé de passer le message c'est à dire qu'il y a 800 personnes qui doivent rejoindre le centre d'accueil provisoire ou partir en centre d'accueil et d'orientation. On va leur laisser une semaine. Si jamais on voit que le mouvement ne prend pas, alors on passera à une phase plus coercitive.
    Fabienne Buccio, préfète du Pas-de-Calais 12/02/2016 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.