GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l’autorité de Sarkozy mise à mal au conseil des Républicains

    media Nicolas Sarkozy, le 13 février 2016 à Paris. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

    En France, les débuts de la réunion du conseil national des Républicains (LR) étaient tendus, ce samedi 13 février. A neuf mois des primaires, le président du parti, Nicolas Sarkozy, souhaite imposer un projet politique collectif au grand dam de ses rivaux -- Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire -- qui seront absents ce dimanche 14 février afin de manifester leur opposition à un tel projet.

    Avec notre envoyée spéciale porte de Versailles, Véronique Rigolet

    « En tant que président élu de notre mouvement, c’est à moi qu’il revient de fixer la ligne politique », a tonné Nicolas Sarkozy.

    Drapé dans ses habits d’autorité et de patron du parti de droite, le président LR n’entend pas céder : « Devons-nous adopter un projet collectif, indépendamment des primaires ? Ou devons-nous attendre que les candidats aux primaires daignent nous proposer leurs idées ? Un parti politique sans projet collectif n’est pas un parti politique, c’est un club de supporters. Voilà pourquoi je veux un projet collectif fort pour la formation politique qui est la nôtre. »

    Contestation

    De leurs côtés, Alain Juppé et Bruno Le Maire ont refusé de débattre à la tribune. En cause : ils considèrent que la primaire doit trancher la ligne du parti.

    Seul François Fillon a ouvertement porté la contestation au patron des Républicains : « Une ligne politique, c’est le résultat d’un projet pour la France. Ça ne peut pas être le fruit d’une synthèse hollandienne. »

    Ce dimanche matin, Nicolas Sarkozy présente un texte. Il devrait s’agit d’un programme pour le parti qu’il soumettra ensuite au vote des militants. Ni Juppé, ni Fillon, ni Le Maire ne viendront l’écouter.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.