GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: Nicolas Sarkozy avance une ligne directrice pour la droite

    media L'ancien président Nicolas Sarkozy et Luc Chatel, chef nouvellement élu du conseil national, à Paris, le 14 février 2016. REUTERS / Jacky Naegelen

    Le conseil national des Républicains s'est terminé ce dimanche 14 février à la mi-journée, porte de Versailles à Paris avec le discours de clôture de Nicolas Sarkozy. Devant les cadres et les représentants locaux du parti, l'ancien président a présenté son « projet ».

    Avec notre envoyé spécial à la porte de Versailles,  Julien Chavanne

    Laïcité, école, autorité de l'Etat... Plus d'une dizaine de thématiques, mais pas de surprises. Pour élaborer ce programme qu'il espère bien imposer à ses concurrents à la primaire, l'ancien président a pioché dans les conventions organisées par le parti depuis un an et dans son livre La France pour la vie.

    Ce programme annoncé lors du Conseil national des Républicains est clairement à droite avec toujours la même fermeté sur l’accueil des immigrés : « Les Républicains exigent que cet accueil se fasse dans le respect de notre identité nationale et que l’ambition de la République soit de proposer à chacun de s’assimiler, et non pas simplement de s’intégrer », lance ainsi Nicolas Sarkozy.

    Les autres candidats absents lors du discours

    L’assimilation plutôt que l’intégration chère à Alain Juppé, le maire de Bordeaux, qui n’était pas là pour écouter Nicolas Sarkozy, tous comme les autres candidats à la primaire.

    A neuf mois du scrutin, Bruno Le Maire et François Fillon ont aussi séché le discours du patron des Républicains. D’ailleurs, ils ont déjà fait savoir qu’ils ne se sentiraient pas liés par ce projet. Nicolas Sarkozy veut maintenant que ce texte soit discuté dans les fédérations avant d’être soumis au vote des adhérents, prévu au mois d’avril 2016.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.