GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Janvier
Vendredi 20 Janvier
Samedi 21 Janvier
Dimanche 22 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 24 Janvier
Mercredi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: le nombre de morts sur les routes est en légère hausse de 0,2% en 2016 (ministre)
    • Primes en liquide: Claude Guéant a été condamné en appel à deux ans de prison dont un ferme (cour d'appel de Paris)
    • Une centaine de vols annulés ce lundi à l'aéroport londonien d'Heathrow en raison d'un brouillard dense et épais
    • Les rebelles syriens indiquent qu'ils «continueront le combat» si les négociations d'Astana échouent (porte-parole)
    • Martine Aubry et ses proches voteront pour Benoît Hamon au second tour de la primaire à gauche (communiqué)
    • François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, ce lundi à Berlin, pour «renforcer la relation franco-allemande»
    France

    «Le roi de Guantanamo» convoqué par la justice française

    media Le général Geoffrey Miller, en mai 2004 en Irak. AFP PHOTO / POOL / ANJA NIEDRINGHAUS

    D'anciens détenus le surnomment « le roi de Guantanamo ». Le général Geoffrey Miller, qui a dirigé le centre de détention américain de Guantanamo à Cuba, puis celui d'Abu Ghraib en Irak, est convoqué par la justice française. Aujourd'hui à la retraite, il est accusé de torture sur d'anciens détenus français alors soupçonnés de terrorisme. De retour en France, les deux hommes avaient porté plainte pour détention arbitraire et torture. Quinze ans plus tard, la France est l'un des dernier pays où une procédure pénale tente encore de faire la lumière sur les conditions de détention à Guantanamo.

    Le général Miller est attendu le 1er mars à Paris dans le bureau du juge. Mais rien de l'oblige à se présenter. C'est lui qui aurait fait de Guantanamo un centre de recherche sur la torture. Des allégations attestées dans un rapport d'experts publié en 2014 et dont deux anciens détenus Français peuvent témoigner.

    Nizar Sassi et Mourad Benchellali ont été arrêtés au Pakistan après les attentats contre le World Trade Center, parce qu'ils avaient séjourné dans un camp jihadiste en Afghanistan. Ils seront alors incarcérés à Guantanamo pendant trois et quatre ans.

    C'est là qu'ils découvrent les techniques d'interrogatoire du général Miller : passages à tabac, simulations de noyade, recours à des chiens d’attaque, privations de sommeil, attouchements sexuels, exploitations des phobies personnelles. Depuis plus de dix ans, la justice française demande aux Etats-Unis de l'aider dans ses investigations. Mais aucune réponse de la part des autorités américaines ne lui ai jamais parvenue.

    Face à ce silence radio, c'est donc en dernier recours que les juges ont convoqué le général Miller. S'il ne se présente pas, les parties civiles envisagent de demander la délivrance d'un mandat d’arrêt international.

    → à (re)lire : Guantanamo: un général américain convoqué par la justice française

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.