GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Avec sa réforme du Code du travail, Hollande semble un peu seul

    media MLe président Hollande et son Premier ministre Manuel Valls, le 17 février à l'Elysée, à Paris. REUTERS/Philippe Wojazer

    Après le remaniement et son interview de la semaine dernière, jugés très sévèrement y compris dans son propre camp, le chef de l’Etat français sera ce vendredi 19 février sur la chaîne de radio France Inter, entre 18 h et 20 h. L'émission sera centrée sur les questions internationales. Un François Hollande encore plus impopulaire qu’avant les attentats de novembre, et qui suscite le doute jusqu'à chez ses fidèles, choqués également par le projet de loi de réforme du Code du travail porté par Myriam el-Khomri.

    Ultra libéral, dangereux, « ça va être compris comme une agression contre notre électorat ». L’avalanche de critiques contre le projet de loi el-Khomri vient de toutes les tendances au PS. Martine Aubry, ulcérée par ce qui s’apparente à un détricotage en règle des 35 heures, prépare déjà sa contre-attaque.

    Le camp majoritaire est tellement vent debout contre le texte que les parlementaires ont été prévenus : l'exécutif n’hésitera pas à passer en force et à dégainer l'article 49-3 de la Constitution. Tension, colère, mais aussi abattement à gauche. « On ne comprend plus rien à ce que fait le président », disent les députés socialistes.

    Un échec de François Hollande ?

    Les parlementaires sont si perdus qu’ils sont nombreux aujourd’hui à douter tout bas de la candidature de Fraçois Hollande à sa réélection. Certains de ses proches ont même brisé le tabou et évoquent entre eux un « échec » du président. Quant aux adversaires du chef de l'Etat, ils réfléchissent déjà à un candidat de substitution.

    Mais il continue d'y croire. C’est simple, confient quelques-uns de ses « visiteurs du soir », pour avoir toute l’attention de François Hollande, il suffit de prononcer le mot magique : « 2017 ». S'il n'en reste qu’un à y croire, ce sera lui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.