GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'Inde annonce avoir mené des «frappes chirurgicales» au Cachemire. «Des équipes de terroristes s'étaient positionnées dans des bases le long de la Ligne de contrôle pour rentrer clandestinement et perpétrer des attaques terroristes (en Inde). L'armée indienne a mené des frappes chirurgicales la nuit dernière» contre ces positions, a déclaré un haut responsable de l'armée indienne à New Delhi. Ces frappes ont fait «un nombre significatif de victimes», selon lui. «Les troupes pakistanaises ont répondu à des tirs indiens non provoqués sur la Ligne de contrôle», a pour sa part indiqué l'armée pakistanaise dans un communiqué, précisant que les échanges de feu ont duré entre 02h30 et 08h00 du matin et ont coûté la vie à deux soldats pakistanais.

    France

    Corse: pas d’incidents durant une manifestation à haut risque

    media Des manifestants défilent, ce 20 février 2016 à Bastia, pour soutenir le supporter bastiais blessé à l'oeil suite à des incidents avec des forces de l'ordre à Reims. Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

    La préfecture de Corse craignait des incidents après une semaine de violences dans l'île, mais la manifestation prévue ce samedi 20 février à Bastia s’est finalement déroulée dans le calme. Elle se tenait une semaine après les incidents ayant opposé policiers et supporters du Sporting Club de Bastia, à l’issue d’un match de Ligue 1 à Reims. Les interpellations de supporters avaient entraîné trois soirées d'émeutes, dimanche à Bastia, puis lundi et mardi à Corte.

    C’est derrière la banderole « Ghjustizia per Maxime » -justice pour Maxime- qu’ont défilé les manifestants ce samedi 20 février à Bastia, en Corse. Selon la police, ils étaient 1 500 à manifester alors que les organisateurs parlent de 10 000 personnes. Malgré un climat tendu, le cortège a pu défiler dans le calme en partant du Palais de justice jusqu'à l'Hôtel de ville de Bastia. Des centaines de CRS et gendarmes avaient été déployés sur le parcours de la manifestation.

    Maxime Beux, un supporter du club de Bastia de 22 ans, a été grièvement blessé à l'œil la semaine dernière à Reims pendant les incidents avec la police. Le jeune homme assure avoir été atteint par un tir de flash-ball des forces de l'ordre alors que le parquet de Reims assure qu’il se serait blessé en tombant sur un poteau. Ce supporter n'a pas participé à la manifestation de ce samedi et il a appelé ses soutiens à garder leur calme.

    La tension était pourtant montée d’un cran moins d’une heure avant le début de la manifestation. Des engins explosifs « de forte intensité » ont été retrouvés aux abords de la préfecture. Il s’agissait de boules de pétanque évidées et remplies d'explosif.
    Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a décidé d'ouvrir une enquête sur les circonstances de l’incident à Reims. L'Inspection générale de la police nationale a également été saisie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.