GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l'Etat se désengage des trains de nuit

    media Voitures Lunéa de la SNCF à Cerbère, à la frontière franco-espagnole. Photo: Falk2, source: Wikipédia

    Le secrétaire d'état aux transports Alain Vidalies a annoncé la fin de l'exploitation par la SNCF de six lignes de trains de nuit sur les huit qui existent encore. Appel est lancé à des opérateurs privés pour reprendre ces services, mais sans grand espoir d'aboutir.

    Théâtre de nombreux romans policiers et cadre de prédilection de la « madone des sleepings », les trains de nuit français sont en grand danger. Ils ne représentent que 3% des passagers des trains Intercités (anciens Corail) mais 25% du déficit, soit une perte pour la SNCF de 100 euros par passager.

    Seules deux lignes continueront d'être exploitées par la SNCF (Paris-Briançon et Paris-Rodez-Latour-de-Carol) les six autres sont proposées à des entreprises privées en vertu de l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire. Les exploitants intéressés peuvent dès à présent se manifester et les résultats de cet appel d'offre seront connus le 1er juillet 2016.

    Dessertes lourdement déficitaires

    Le Parti communiste a dénoncé cette mise à mal du service public par des opérateurs privés. Mais, en réalité, il est peu probable que des privés s'arrachent ces dessertes lourdement déficitaires. Transdev, qui exploite déjà avec une co-entreprise italienne les dessertes de nuit Paris-Rome et Paris-Venise ironise sur cette ouverture au privé qui consiste à lui demander de sauver des lignes dont la rentabilité est impossible. Faute de repreneur, ces trains de nuit seraient donc appelés à disparaître.

    le parti Europe Ecologie-Les Verts (EELV) a appelé l'Etat à « revoir sa politique de transport » en continuant notamment à « soutenir les trains de nuit ». « En lieu et place de nouveaux aéroports, les lignes de nuit sont un moyen de voyager accessible et non polluant », écrit encore EELV dans un communiqué.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.