GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Code du travail: la charge sans concession de Martine Aubry

    media «C'est toute la construction des relations sociales de notre pays qui est mise à bas», dénoncent les signataires, dont Martine Aubry (notre photo). AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

    Martine Aubry monte au créneau contre la politique du gouvernement. Dans une tribune publiée dans Le Monde et signée par la maire de Lille, mais aussi Daniel Cohn-Bendit, Benoit Hamon, Christian Paul, François Lamy, Yannick Jadot, Michel Wieviorka, dix-huit signataires en tout... une charge sans concession contre la politique du gouvernement.

    « Trop c'est trop ! » La tribune signée par Martine Aubry dans le quotidien Le Monde ce mercredi (édition du jeudi 25 février) commence comme un cri du coeur pour mettre en garde le gouvernement, car selon les auteurs, « ce n'est plus simplement l'échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France ».

    Et la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est la réforme du Code du travail. Après le pacte de responsabilité comparé à un « marché de dupe » avec le Medef, après le débat qualifié de « désolant » sur la déchéance de nationalité, après le discours jugé « indécent » de Manuel Valls sur les réfugiés, la loi El Khomri a provoqué chez les signataires du texte « non plus de la déception, mais de la colère ».

    « Pas ça, pas nous, pas la gauche »

    Suit un réquisitoire sans concession sur les mesures envisagées : facilitation des licenciements économiques ou augmentation du temps de travail, qui se conclut par ces mots : « Pas ça, pas nous, pas la gauche ».

    Cette fois-ci, Martine Aubry prend donc la tête du mouvement de protestation contre la politique et la méthode de l'exécutif. François Hollande, actuellement en tournée en Amérique latine, est visé, mais aussi Manuel Valls, le Premier ministre, auquel s'adresse ce message : « Il ne suffit pas de se revendiquer du réformisme social pour en mériter le titre ». La guerre est déclarée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.