GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Des selfies sans sifflets pour Marine Le Pen au Salon de l’Agriculture

    media Marine Le Pen, présidente du Front national, et Florian Philippot, vice-président du parti d'extrême droite français, mardi 1er mars 2016, au Salon de l'Agriculture, porte de Versailles, à Paris. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

    Ce mardi matin 1er mars, c’était au tour de Marine Le Pen de se rendre au Salon de l’Agriculture. La présidente du Front national a ciblé Bruxelles et la Commission européenne lors de sa visite, ce qui a plu aux éleveurs.

    Avec notre envoyé spécial à la porte de VersaillesJulien Chavanne

    Marine Le Pen est arrivée au Salon de l’Agriculture vers 8h30 ce mardi matin 1er mars. Elle a enchaîné les rencontres avec des éleveurs plutôt bienveillants.

    En effet, ce mardi matin, pas de sifflets, mais des selfies et même quelques fois des applaudissements. Il faut dire que la patronne du Front national a multiplié les mots doux aux oreilles des éleveurs, avec un adversaire commun, Bruxelles.

    « De toutes façons, on est obligés de partir au clash », a décrété un agriculteur. « On est obligés ! », lui rétorque Marine Le Pen. « Si on n’y va pas, on est mort ! », ajoute-t-il. « Oui, mais vous voyez bien : on envoie à la négociation. Excusez-moi mais, il y a des paillassons. Sérieux ! Ce n’est pas possible », balance la patronne du FN. « Là, on est au bout ! », conclut l’éleveur. « Evidemment », compatit Mme Le Pen.

    Marine Le Pen, totalement d’accord avec les éleveurs, leur promet un soutien inconditionnel. Elle va le répéter toute cette journée de mardi au Salon.

    Montrer que le FN est le bienvenu

    Plusieurs rencontres avec les responsables des filières et les syndicats sont prévues. Aux côtés de Marine Le Pen, Florian Philippot, Marion Maréchal-Le Pen, Wallerand de Saint-Just : le message est clair, le FN veut montrer qu’il est le bienvenu ici. La patronne du FN a prévu de passer dix heures au salon.

    « Marine Le Pen, elle est comme les autres. Elle connaît les problèmes. Aujourd’hui, elle a bien appris sa leçon. Est-ce que demain, si elle passe au pouvoir, elle mettra à exécution ? Je n’en sais rien », doute un éleveur qui relativisait le pouvoir d’attraction du Front national au sein du monde agricole.

    Un sondage BVA disait que 36% des agriculteurs seraient prêts à voter pour le parti d’extrême droite. C’est presque le double par rapport à 2012. Ce mardi, des agriculteurs disaient qu’ils n’avaient rien contre Marine Le Pen qui n’a jamais gouverné mais qu’ils ne comptaient pas non plus sur elle pour les sortir de la crise.

    Malgré le bon accueil réservé à la patronne du FN, un autre éleveur confiait que l’accueil sera encore meilleur pour les ténors des Républicains. Nicolas Sarkozy et François Fillon sont attendus au Salon de l’Agriculture mercredi 2 mars.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.