GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Réforme du Code du Travail: le gouvernement poursuit son opération «déminage»

    media Le Premier ministre Manuel Valls est monté au front sur la réforme du Code du Travail, lundi 1er mars, à l'Assemblée nationale. ALAIN JOCARD / AFP

    L'exécutif tente de reprendre la main sur le projet de réforme du Code du travail. Contesté par une partie de la gauche et les syndicats, Matignon a déjà accepté de se donner deux semaines de plus pour discuter avec les partenaires sociaux, comme le réclamait la CFDT. Autre tentative pour recoller les morceaux, à l'Assemblée nationale cette fois, Manuel Valls a accepté la tenue d'un séminaire entre les députés socialistes et le gouvernement. Mais l'opposition y voit un nouvel aveu de faiblesse de la majorité.

    « A force de vouloir faire plaisir à tout le monde, ou de ne mécontenter personne, il va nous sortir un texte - il y aura un texte, je n’ai pas de doute là-dessus - mais dans lequel il n’y aura pas grand-chose, qui ne servira à rien. » Benoist Apparu n'y croit déjà plus. Pour le député Les Républicains (LR), ce séminaire signe l'acte de décès d'une réforme qu'il aurait pourtant soutenue dans sa première version.

    Mais le gouvernement n'avait guère le choix. Avec cette sorte de thérapie de groupe, il poursuit son opération déminage. Après celle des syndicats, il tente maintenant d'apaiser la colère dans les rangs de la majorité. Une bonne méthode, mais il fallait y penser plus tôt, pour le frondeur socialiste Christian Paul. « Bien sûr, c’est nécessaire, mais enfin franchement, il y a quinze jours on nous menaçait de l’article 49.3, donc tous ces séminaires, ces rencontres auraient dû avoir lieu avant la loi, en temps utile et non pas dans une ambiance de psychodrame, une nouvelle fois », dit-il.

    Accusé de reculer face à cette colère, Manuel Valls est monté au front dans l'hémicycle. Il a pris la place de la ministre Myriam El Khomri, victime d’une mauvaise chute. « Franchement, parler de reculade, n’est-ce pas un peu exagéré? Ma volonté de réforme, soyez-en certains, elle se poursuivra », a martelé le Premier ministre.

    Le séminaire entre le gouvernement et les députés socialistes devrait se tenir en début de semaine prochaine. Le texte, quant à lui, devrait arriver à l'Assemblée fin avril, début mai.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.