GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Un Airbus A320 a frôlé un drone à l'atterrissage à l'aéroport de Roissy

    media Un avion survole un drone à Coney Island à Brooklyn à New York, le 1er janvier 2015. Reuters

    C'est a priori un incident inédit qui a eu lieu au-dessus de l'aéroport de Roissy, au nord de Paris, le 19 février dernier. Le commandant d'un Airbus A320 a dû éviter de justesse un drone alors qu'il entamait sa manoeuvre d'atterrissage a rapporté le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) ce vendredi 4 mars. Plus de peur que de mal, l'accident a été évité. Mais ce genre de situation pourrait se répéter à l'avenir, tant le nombre de ces engins augmente.

    Il y a trois semaines, l'association internationale du transport commercial (IATA) s'inquiétait de ce phénomène qui ne cesse de prendre de l'ampleur. Sur le seul espace aérien américain, entre 2013 et 2015, ce sont presque 1 000 incidents qui ont été répértoriés dont une petite dizaine comme celui de Roissy où la collision entre un avion et un drone a été évitée de peu.

    Le 19 février, c'est le copilote de l'Airbus A320 qui a tout d'abord repéré l'engin « à 11 heures » comme on dit dans le jargon, c'est-à-dire à l'avant sur la gauche de l'appareil. Il a eu le bon réflexe de couper le pilote automatique ce qui a permis d'effectuer manuellement une petite manoeuvre pour éviter le drone. Résultat, il est passé à seulement quelques mètres de l'avion, sous son aile gauche. Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) a qualifié l'incident de « grave ».

    Plus de peur que de mal donc pour les 100 passagers qui venaient de Barcelone. Ces engins commencent à devenir un vrai problème au niveau des aéroports. Ils n'ont pourtant pas le droit de s'en approcher et ils ne doivent pas dépasser non plus une hauteur de 150 mètres. Là, l'incident a eu lieu à 1 600 mètres d'altitude. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.